•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Perturbations et arrestation à la Commission de services policiers d’Ottawa

Des policiers et des citoyens discutent face à face.

Une personne a été accusée d'avoir causé une perturbation et a été libérée sous condition de ne pas se rendre à l'hôtel de ville d'Ottawa, a indiqué la police.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La première apparition du maire d’Ottawa, Mark Sutcliffe, et du chef de police, Eric Stubbs, à la Commission de services policiers d’Ottawa s’est terminée dans le tumulte. Le duo a essuyé de nombreuses critiques de la part du public avant que la réunion ne se termine brusquement en raison de perturbations.

Une motion visant à mettre fin à la réunion a été proposée et, par la suite, une partie du public a été vue par une journaliste de CBC se heurtant à la police dans le corridor, à l'extérieur de la salle de réunion.

La journaliste a vu une personne être emmenée par la police, menottée, peu après la levée de la séance. La police a confirmé qu’une personne a été arrêtée pour avoir causé une perturbation.

Assermentés plus tôt ce mois-ci, le chef de police d'Ottawa, Eric Stubbs, et le maire Mark Sutcliffe ont assisté à la réunion de la Commission de services policiers, à l'hôtel de ville d'Ottawa.

Eric Stubbs et son adjoint, Steve Bell.

Eric Stubbs et son adjoint, Steve Bell, ont assisté à la réunion.

Photo : Radio-Canada

M. Stubbs a été nommé le 21 octobre, soit trois jours avant les élections municipales du 24 octobre, où M. Sutcliffe a été élu à la mairie. D’autres candidats à la mairie avaient demandé à plusieurs reprises, en vain, que le chef de police soit choisi après l’assermentation du nouveau conseil municipal.

Quoi qu’il en soit, Eric Stubbs a hérité du mandat de diriger le Service de police d’Ottawa (SPO) quelques mois après la démission de Peter Sloly, qui a quitté ses fonctions en plein cœur du convoi des camionneurs, en février dernier.

Un groupe de défense s’invite

Un groupe de défense des droits de la population qui surveille l'hôtel de ville et la police, 613-819 Black Hub, était présent. Son codirecteur, Robin Browne, est intervenu auprès de la Commission de services policiers pour parler de la transparence des plaintes déposées auprès de la police et de la réticence de la Commission à autoriser les délégations virtuelles à assister à ses réunions.

Pendant son temps de parole de cinq minutes, il a critiqué la nomination précipitée de M. Stubbs, en plus de soulever des inquiétudes concernant la démission de M. Sloly, le premier chef de police noir d’Ottawa. À la fin du temps alloué, Robin Browne a refusé de quitter son siège, voulant absolument qu’on réponde à quatre questions :

  • Le conseil acceptera-t-il de commencer immédiatement à tenir des réunions hybrides permettant des délégations virtuelles?
  • La Ville va-t-elle procéder à une vérification financière ligne par ligne de tous les services municipaux, y compris de la police d'Ottawa?
  • Le conseil va-t-il geler le budget de la police d'Ottawa jusqu'à ce que la vérification financière soit terminée?
  • Le conseil commandera-t-il un examen indépendant, fondé sur les droits de la personne, du service de police?

Je suis désolée, mais à ce moment précis, la période de délégation de notre réunion est terminée, a répondu la présidente intérimaire de la Commission, Suzanne Valiquet, en demandant à M. Browne de partir plusieurs fois.

Elle a demandé une courte pause. À la reprise de la réunion, M. Browne a refusé de se lever. Pendant ce temps, un autre membre de son groupe, Bailey Gauthier, a saisi sa flûte irlandaise pour jouer la chanson thème du film Titanic, avant d’enchaîner sur des airs du Seigneur des anneaux.

Vous n'irez nulle part en faisant cela, a lancé Mme Valiquet à l'intention des délégués toujours assis devant eux.

La Commission a approuvé la nomination et le renouvellement du mandat d'agents spéciaux à l'Université Carleton, à la Gendarmerie royale du Canada et au Service de police d'Ottawa, avant qu'un membre ne demande l'ajournement de la réunion.

Deux citoyens ralentissent une réunion.

Le groupe de défense des droits de la population 613-819 Black Hub était présent.

Photo : Radio-Canada

Affrontement houleux entre la police et le public

Après l'ajournement de la réunion, une partie du public a été vue en train d'affronter des policiers dans le couloir.

Dans des vidéos prises par les journalistes de CBC, on voit des policiers menotter un individu qui crie à plusieurs reprises Donnez-moi de l'espace.

Un policier est vu en train de repousser une autre personne qui tente de passer devant lui. Cette personne tombe alors au sol.

Peu après, un autre agent hausse le ton et dit à une personne de se calmer à plusieurs reprises.

Tu te calmes, espèce de salaud, répond la personne.

Tout le monde est parti maintenant. C'est le moment de partir, dit l'agent.

Dans un gazouillis publié lundi soir, la police d’Ottawa a déclaré que plusieurs individus sont devenus combatifs, ont abusé verbalement des membres du public et ont refusé de quitter les lieux.

Une personne a été accusée d'avoir causé une perturbation et a été libérée sous condition de ne pas se rendre à l'hôtel de ville d'Ottawa, a indiqué la police.

Le maire réagit

Invité à réagir sur ce qui s'est passé pendant et après la réunion, Mark Sutcliffe a répondu qu’il comprend et respecte leur point de vue.

C'est malheureux que nous n'ayons pas pu terminer la réunion. Nous y reviendrons la prochaine fois, a-t-il commenté pour les journalistes.

La prochaine réunion est prévue pour le 19 décembre.

Avec les informations de Michelle Allan et Rachelle Elsiufi, de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...