•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le foyer pour aînés Lions Place serait vendu à une entreprise albertaine

La devanture de la résidence Lions Place à Winnipeg.

Les résidents de Lions Place ont reçu vendredi une note indiquant que la direction avait accepté une offre d'achat pour l'immeuble de 287 appartements au centre-ville de Winnipeg.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une entreprise de l'Alberta aurait offert d'acheter le Lions Place au centre-ville de Winnipeg, un immeuble de 287 appartements, l'un des plus grands complexes d'habitation sans but lucratif du Manitoba, où logent des aînés.

Les résidents affirment que la direction leur a fait cette révélation dans une note de service glissée sous leur porte, vendredi, qui mentionnait aussi le moment des prochaines inspections dans les appartements.

Après mûre réflexion, nous avons accepté l'offre d'une entreprise dont le siège social est situé en Alberta, a écrit le directeur général des centres d'hébergement Lions, Gilles Verrier.

La vente pourrait être conclue d'ici la fin du mois de janvier, selon le message.

Le président du comité d'action des aînés à Lions Place et résident de l'endroit, Gerald Brown, fait partie des personnes qui cherchent à trouver un nouvel organisme sans but lucratif pour exploiter l'immeuble depuis qu'elles ont appris qu'il était sur le marché, en juillet.

La direction a offert très peu de transparence sur la vente depuis cette annonce, et ce dernier développement a fait grimper l'inquiétude chez les résidents, dont l'âge moyen est 74 ans, déplore M. Brown.

Pouvez-vous imaginer la frustration, la colère et l'anxiété qui se sont manifestées chez ces personnes?

Les résidents espéraient qu'un organisme à but non lucratif du Manitoba achète le bâtiment, affirme Gerald Brown, car ils craignent une hausse des loyers, selon lui.

Le comité d'action des aînés de Lions Place demandera à la province d'imposer un moratoire de cinq ans sur les augmentations de loyer dans leur immeuble, a indiqué M Brown.

Le comité demandera également un projet de loi qui obligerait une approbation ministérielle à la vente de logements sans but lucratif qui reçoivent des fonds fédéraux ou provinciaux.

La ministre de la Famille, Rochelle Squires, s'est dite préoccupée, lundi, par l'avenir de Lions Place.

La province n'a pas été invitée à la table des négociations avec l'entreprise albertaine, mais elle affirme que le gouvernement s'efforce de faire en sorte que les aînés de Lions Place continuent de payer le même loyer qu'ils paient ce mois-ci, cette année et à l'avenir.

Nous agissons aussi rapidement que possible pour obtenir un résultat positif, ou le meilleur résultat possible pour ces personnes âgées, a déclaré Mme Squires.

Dans un courriel envoyé à CBC/Radio-Canada, le directeur général des centres d'hébergement, Gilles Verrier, écrit que si une offre d'un acheteur potentiel a été acceptée, cela ne signifie pas que l'immeuble de Lions Place a été officiellement vendu.

Des organisations à but non lucratif ont vu l'immeuble, mais n'ont pas fait d'offres parce que les loyers étaient trop bas pour l'entretenir correctement, a-t-il soutenu.

Avec les informations de Ozten Shebahkeget et Meaghan Ketcheson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...