•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le conseil mohawk de Kahnawà:ke poursuit l’Ontario au sujet du jeu en ligne

Portrait de Mike Delisle fils.

Mike Delisle fils est inquiet des répercussions sur l'économie de sa communauté.

Photo : Radio-Canada / Ka’nhehsí:io Deer

Radio-Canada

Le conseil mohawk de Kahnawà:ke poursuit Jeux en ligne Ontario (iGO) et le procureur général de la province à la suite des changements apportés à la façon dont la province gère le jeu en ligne. La Première Nation s’inquiète de ce que son expertise et sa part de ce marché ne soient pas reconnues.

Un avis de demande, expliquant que les changements sont illégaux et inconstitutionnels, a été déposé lundi à la Cour supérieure de l’Ontario.

Aucune des allégations n’a été prouvée en cour.

Le chef élu Mike Delisle fils affirme que le recours aux tribunaux n'est pas un premier choix.

C’est malheureux qu’on en arrive à un point où on n’a pas d’autre choix que de déposer cette requête, pour essayer que le gouvernement de l’Ontario comprenne que c’est sérieux pour nous.

Jeux en ligne Ontario (IGaming Ontario en anglais), une entité subsidiaire de la Commission des alcools et des jeux, a lancé en avril un nouveau marché du jeu en ligne, incluant des exploitants tiers qui peuvent conserver 80 % des profits. L'Ontario est la seule province à avoir instauré un tel système.

Toutefois, la Première Nation de Kahnawà:ke, au sud de Montréal, est un acteur de ce marché depuis une vingtaine d’années.

Depuis 1996, la Commission des jeux de Kahnawà:ke délivre des licences pour les jeux en ligne. Mohawk Internet Technologies, une entreprise détenue à 100 % par le conseil de bande, s’occupe également de l’hébergement des plateformes de jeu depuis 1999. Toutes les compagnies hébergées sur cette plateforme doivent avoir une licence de la Commission des jeux de Kahnawà:ke.

En 2015, le conseil de bande a aussi créé sa propre plateforme de jeu, Mohawk Online. Elle a permis de générer jusqu’à 40 millions de dollars pour la communauté.

Mike Delisle fils affirme que le nouveau système de la province ferme les portes du marché ontarien à Mohawk Online et menace d'anéantir plus de 20 ans de travail et d'expertise.

Il explique que plusieurs entreprises qui étaient hébergées par la Première Nation sont allées se faire héberger du côté ontarien. Il se dit inquiet également que d’autres provinces suivent ce modèle.

Le Canada et l’Ontario doivent prendre position pour assurer que les Autochtones aient leur compétence reconnue et puissent poursuivre la construction de leur économie.

Le bureau du ministre fédéral de la Justice, David Lametti, confirme que ce dernier a été mis au courant de ces inquiétudes, mais décline tout commentaire parce que l'affaire est devant les tribunaux.

Avec les informations de Ka’nhehsí:io Deer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...