•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Abolition du sifflet de train : le CN est trop « vorace », dit Lehouillier

Un train du CN sur un chemin de fer.

À l’automne 2020, une pétition réclamant l’abolition du sifflet de train dans le secteur Charny avait recueilli près de 500 signatures.

Photo : Radio-Canada / Genevieve Laurent

La Ville de Lévis se tourne vers l’Office des transports du Canada (OTC) dans l’espoir d’arriver à une entente permettant d’abolir le sifflet de train aux passages à niveau du secteur Charny. Le maire Gilles Lehouillier estime que les sommes exigées par le Canadien National (CN) pour réaliser les travaux permettant de faire taire les locomotives sont « nettement exagérées ».

La Municipalité et le CN négocient depuis près de deux ans pour abolir le sifflet dans le secteur Charny. Elles n’arrivent pas à s’entendre sur la nature des travaux à réaliser pour rendre les passages à niveau suffisamment sécuritaires, de manière à ce que les trains n’aient plus à signaler leur présence.

Ces travaux incluent notamment l’installation de clôtures de part et d’autre du chemin de fer à la hauteur des quatre passages à niveau concernés. La Ville estime que les travaux pour se conformer à la réglementation en vigueur nécessitent des investissements de 2 millions de dollars. Un montant qu’elle est prête à assumer.

Les exigences du CN pour assurer la sécurité des automobilistes, des cyclistes et des personnes piétonnes à l’approche des passages à niveau s’élèvent plutôt à 5 millions de dollars.

Le CN trop gourmand, dit le maire

Le maire de Lévis trouve que la compagnie exagère. Il la soupçonne de chercher à profiter de l’occasion pour moderniser l’ensemble de ses équipements dans le secteur et refiler la facture aux contribuables lévisiens.

On n'arrive pas à trouver une entente avec le Canadien National qui, disons-le, [...] sont assez voraces. Ils nous demandent 5 millions. Donc, ils nous demandent carrément de payer une mise à neuf de tout leur équipement, a déclaré Gilles Lehouillier lundi, juste avant la réunion hebdomadaire du conseil municipal de Lévis.

« Ce n'est pas compliqué, ce que le CN nous demande, c'est : "Remettez à neuf tous nos équipements". »

— Une citation de  Gilles Lehouillier, maire de Lévis

Le maire affirme que l’Office des transports du Canada est l’organisme désigné pour régler un conflit lorsqu'une municipalité n'arrive pas à s'entendre avec une compagnie de chemin de fer.

Les élus municipaux de Lévis devaient voter une résolution lundi soir autorisant la Ville à faire appel à l’organisme réglementaire fédéral.

Actuellement, les trains du CN font retentir leur sifflet 400 mètres avant de traverser un passage à niveau. Pour de nombreux riverains, cela représente une nuisance; les sifflets sont activés près de 200 fois par jour.

À l’automne 2020, une pétition réclamant l’abolition du sifflet de train dans le secteur Charny avait recueilli près de 500 signatures.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...