•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pratiques à améliorer dans la gestion des finances du Cégep de Rimouski

L'entrée principale du cégep de Rimouski.

La firme comptable Mallette a été mandatée par Québec pour aider le Cégep de Rimouski à redresser ses finances.

Photo : Radio-Canada / Benoit Gagnon

Un rapport commandé par Québec en 2022 révèle des lacunes dans la gestion des finances du Cégep de Rimouski. Ce rapport de la firme comptable Mallette formule une trentaine de recommandations à l'établissement d'enseignement pour l'aider dans le redressement de ses finances.

Radio-Canada a obtenu, grâce à la Loi d'accès à l'information, une copie de ce document de Mallette, embauchée par le ministère de l'Enseignement supérieur (MES) de janvier à mai 2022. La firme a effectué une analyse de la situation financière du Cégep de Rimouski et a formulé 35 recommandations pour redresser les finances du cegep.

Mallette fait aussi des constats de la gestion financière et opérationnelle de l'établissement d'enseignement.

Le Cégep de Rimouski doit éponger, d'ici 2025, le déficit de son fonds de fonctionnement qui s'élève à près de 3,6 millions de dollars.

Dans son rapport, Mallette souligne dès les premières pages que, parmi les 48 établissements d’enseignement collégial publics de la province, le Cégep de Rimouski est le seul à avoir cumulé un déficit de son fonds de fonctionnement au 30 juin 2021.

La firme comptable poursuit en ajoutant que la direction du Cégep est consciente de la situation financière et a entrepris des démarches de redressement dès 2016. Les déficits ont cependant continué à se cumuler, et c’est en décembre 2021 que le MES a fait appel à Mallette afin de soutenir la direction dans la mise en place d’un plan d’action. Ce dernier devra contribuer au retour de l’équilibre budgétaire, nécessaire à l’accomplissement de sa mission d’enseignement.

Appelé à réagir, le directeur général du Cégep de Rimouski, François Dornier, souligne à ce propos que l'établissement d'enseignement collégial ne disposait pas d'un surplus, contrairement à d'autres cégeps, pour lui permettre d'éponger les dépenses liées à la crise pandémique.

Des changements nécessaires dans la gouvernance

Dans son analyse de la gouvernance et du fonctionnement de la gestion des finances du Cégep, Mallette constate notamment qu'il semble que peu d'administrateurs soient habiletés à comprendre et à interpréter les finances du Cégep, car elles sont complexes.

À ce sujet, la firme comptable recommande à la direction de mieux former les administrateurs en ce qui a trait aux finances, notamment en créant un programme de formation plus formel.

« L'organisation est responsable de former ses administrateurs afin qu'ils puissent jouer un rôle actif. »

— Une citation de  Extrait du sommaire de l'analyse de Mallette sur la situation financière du Cégep de Rimouski

La firme comptable note aussi que certains gestionnaires ne se sentent pas suffisamment impliqués dans le processus budgétaire, ce qui cause l'absence d'un sentiment d'imputabilité quant au respect de leur budget respectif.

Mallette suggère au Cégep d'impliquer davantage les gestionnaires dans le processus budgétaire et de définir de façon claire les attentes envers eux.

Elle recommande aussi de synchroniser le calendrier des orientations stratégiques avec celui de la préparation du budget et d'établir des instructions budgétaires claires pour les gestionnaires et utiliser les dépenses réelles de la dernière année comme base pour le budget en prenant en considération l'année courante.

François Dornier, directeur général du Cégep de Rimouski.

Le directeur général du Cégep de Rimouski, François Dornier, dit ne pas avoir été surpris par les constats soulevés par Mallette. (archives)

Photo : Radio-Canada / Shanelle Guérin

Le directeur général du Cégep, François Dornier, mentionne ne pas avoir été surpris par les constats qui se retrouvent dans le rapport de Mallette.

« Il n'y a pas beaucoup de surprises, pour nous, dans ce rapport-là. Tout ce qui est écrit là, on le savait, on s'en doutait, on y travaillait déjà. Il y a beaucoup de travail. »

— Une citation de  François Dornier, directeur général du Cégep de Rimouski

Cet exercice-là a été conduit à la suggestion du Ministère pour nous aider. On a accepté de bon cœur. Et, ce n'est pas un audit. On ne nous a pas envoyé la firme Mallette pour venir nous passer un examen. Ils nous ont dit : "on va envoyer une firme qui va vous aider à identifier des choses auxquelles vous n'auriez pas pensé", explique-t-il.

Coûts élevés par étudiant

Mallette a comparé les dépenses par étudiants du Cégep de Rimouski à cinq cégeps de taille similaire. Cette comparaison révèle entre autres que le Cégep de Rimouski débourse environ 25 000 $ par année par étudiant, alors que la moyenne des cinq autres établissements se situe à 21 000 $ par étudiant.

« Selon une comparaison avec 5 cégeps de taille similaire, le Cégep de Rimouski a assumé près de 4000 $ de plus par étudiant pour offrir ses services d'enseignement, soit 19 % de plus que la moyenne. »

— Une citation de  Extrait de l'analyse de Mallette

La fréquentation du Cégep de Rimouski a diminué de 18 % entre 2015 et 2020.

Mallette souligne à ce propos que malgré la baisse de fréquentation, aucune mesure contraignante ayant pour effet de réduire significativement les charges n'a été appliquée.

De son côté, François Dornier remet en question la méthodologie employée par Mallette pour comparer les cégeps entre eux.

Ils ont intégré dans leur calcul tout ce qui est formation continue. Ils n'ont pas fait de distinction. Ensuite, les cégeps comparables n'ont pas d'écoles nationales, de Centre matapédien d'études collégiales, de grands territoires, de parcs immobiliers aussi vastes que celui du Cégep de Rimouski. Donc, on peut faire un bout avec le comparatif entre cégeps, mais c'est plutôt limité, estime François Dornier.

Une masse salariale importante

Mallette dresse aussi un diagnostic du fonctionnement en matière de gestion des ressources humaines.

La firme indique que, alors que des programmes de formation sont maintenus, malgré un nombre d'inscriptions insatisfaisant, nous pouvons conclure que la diminution du taux d'inscription applique une pression importante sur la masse salariale et la structure de coûts, alors que les revenus du Cégep sont en diminution.

Encore une fois, la firme comptable compare le Cégep de Rimouski à neuf cégeps de taille similaire, dont les cégeps de Jonquière ou de Lévis.

Mallette constate que le ratio d'employés à temps complet par étudiant du Cégep de Rimouski est le plus élevé des neuf établissements comparés.

La firme comptable se penche aussi sur la masse salariale des quelque 800 employés syndiqués du Cégep de Rimouski.

« Le nombre d'étudiants par rapport au nombre de programmes ne semble pas justifier une masse salariale plus importante au Cégep de Rimouski. »

— Une citation de  Extrait de l'analyse de Mallette

Le nombre d'employés a une influence directe sur la masse salariale, et celle des enseignants est directement influencée par le nombre d'étudiants et de programmes, poursuit la firme comptable.

Mallette note toutefois que, pour ce qui est des professionnels, leur masse salariale au Cégep de Rimouski est moins élevée que celle des neuf cégeps comparés et de l'ensemble du réseau.

La firme comptable note aussi le nombre élevé de cadres de l'établissement de Rimouski qui compte 22 cadres. La moyenne de ces neuf cégeps est de près de 18 cadres.

Sur le fonctionnement de la gestion des ressources humaines, Mallette recommande notamment au Cégep de développer un plan d'optimisation de la main-d'œuvre, de maintenir des actions proactives qui permettent d'agir sur la santé mentale et physique des employés afin de prévenir les absences sur lesquelles le Cégep détient un certain contrôle.

Une révision des programmes à faire

Selon Mallette, l'analyse des coûts de chacun des programmes de formation offerts au Cégep est essentielle pour atteindre l'équilibre budgétaire. Elle constate que certains des 30 programmes offerts sont déficitaires.

Mallette recommande au Cégep de revoir ses programmes, principalement à l'IMQ, afin d'en déterminer les coûts réels et d'analyser les possibilités d'augmenter le financement (les revenus) de ces programmes et de déterminer si les charges peuvent être réduites.

La firme comptable estime qu'en connaissant les coûts de ses programmes, la direction sera en mesure de prendre des décisions rapidement quant au maintien de certains d'entre eux.

« On n'est pas dans une approche de menace de coupures de programmes. Par contre, il faut bien comprendre combien coûte chaque programme. Est-ce que tous les programmes sont financés correctement? »

— Une citation de  François Dornier, directeur général du Cégep de Rimouski

Le directeur général a expliqué que la volonté du Cégep de maintenir son offre de formation exige que le nombre d'enseignants reste sensiblement le même, malgré la diminution du nombre d'étudiants.

Un matelot à l'Institut maritime du Québec.

Le directeur général affirme qu'il n'est pas question de fermer des programmes de formation. (archives)

Photo : Gracieuseté Institut maritime du Québec

À ce sujet, il souligne qu'il n'est pas question de fermer des programmes de formation, mais de voir si les choses pourraient être faites autrement, pour voir si des économies d'échelles sont possibles et si des représentations auprès de Québec pour obtenir du financement pour certains programmes sont nécessaires. François Dornier exprime que l'offre variée en matière de formations collégiales fait partie du rôle du Cégep de Rimouski dans l'Est-du-Québec.

Plus d'étudiants internationaux et la vente des résidences comme solutions

Pour redresser ses finances, le Cégep prévoit notamment trouver un nouveau modèle d'affaires pour ses résidences étudiantes qui nécessitent des réparations estimées à 15 millions de dollars.

Il prévoit aussi recruter 400 étudiants internationaux par année d'ici 2026.

Si la firme Mallette considère que la vente des résidences peut être une option pour éponger une partie du déficit, elle souligne toutefois que cette cible de 400 étudiants internationaux est très ambitieuse.

« 400 étudiants étrangers d'ici 2026 est ambitieux compte tenu du fait que cette stratégie est déjà utilisée par plusieurs autres cégeps. »

— Une citation de  Extrait du sommaire de l'analyse de Mallette sur la situation financière du Cégep de Rimouski

Mallette recommande à la direction du Cégep d'assurer une cohésion entre le plan d'action et les prévisions financières pour ce projet.

François Dornier ne croit pas, pour sa part, que cet objectif soit raisonnablement ambitieux. Il est convaincu d'y arriver, mais il faudra beaucoup de travail. Une centaine d'étudiants internationaux sont présentement inscrits au Cégep de Rimouski, selon le directeur général.

« C'est un objectif qui est raisonnablement ambitieux puisqu'il y a déjà de nos collègues dans l'Est-du-Québec qui sont tout près de ce chiffre-là. »

— Une citation de  François Dornier, directeur général du Cégep de Rimouski

Le conseil d'administration du Cégep de Rimouski a adopté un plan de redressement 2022-2025 révisé en juin dernier. Radio-Canada a aussi obtenu ce document via la Loi sur l'accès à l'information.

En préambule de ce document, le Cégep attribue son déficit à une série d'enjeux externes qui l'a plongé dans une situation déficitaire. Parmi ces enjeux, il cite notamment les compressions budgétaires imposées par Québec depuis 2011, la diminution du nombre d'étudiants depuis 2015, la révision du modèle de financement des cégeps, les coûts de convention élevés et la pandémie de COVID-19.

Le Cégep y indique qu'il est revenu à une bonne santé financière dans son budget de fonctionnement puisqu'il prévoit déposer un deuxième budget équilibré pour 2022-2023.

Toujours dans ce document, le Cégep affirme qu'il compte suivre certaines des recommandations formulées par Mallette dans le cadre du redressement de ses finances.

« Ce qu'on ne voudrait pas, c'est d'aller dans la précipitation, créer des perturbations. [...] On est confiants d'y arriver [d'éponger le déficit] dans un avenir plus près que loin. »

— Une citation de  François Dornier, directeur général du Cégep de Rimouski

Il compte notamment effectuer des suivis budgétaires réguliers auprès du comité de direction, une révision budgétaire de mi-année et une procédure de suivi budgétaire pour les gestionnaires sera mise en place dès l'exercice 2022-2023.

Mallette reconnaît pour sa part l'impact qu'a eu la pandémie de COVID-19 sur les finances de l'institution d'enseignement, notamment en occasionnant une baisse des revenus liés aux locations de résidences et l'annulation de certains programmes. L'impact de la baisse de fréquentation étudiante est aussi noté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...