•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux officiers de l’armée accusés d’avoir fermé les yeux sur des gestes inappropriés

Zoom sur le drapeau du Canada qui figure sur l'uniforme porté par l'un des membres des Forces armées canadiennes.

Le colonel Colin Marks et le lieutenant-colonel Corey Mask sont accusés de ne pas avoir assumé efficacement leurs responsabilités, et ils devront faire face à des audiences disciplinaires.

Photo : La Presse canadienne / Lars Hagberg

La Presse canadienne

Deux officiers supérieurs de l'Aviation canadienne ont été formellement accusés parce qu'ils auraient omis d'empêcher un groupe de pilotes d'attribuer un surnom inapproprié à un collègue, en juin dernier.

Le colonel Colin Marks et le lieutenant-colonel Corey Mask sont accusés de ne pas avoir assumé efficacement leurs responsabilités, et ils devront faire face à des audiences disciplinaires, selon l'Aviation royale canadienne.

Plus précisément, la police militaire a accusé les deux officiers d'avoir omis d'appliquer les directives de l'armée en matière de prévention et de traitement des inconduites sexuelles. Les deux hommes n'ont pas voulu commenter lundi.

Le porte-parole de l'armée de l'air, le major Trevor Reid, a indiqué lundi que les deux officiers avaient été accusés le mois dernier.

Ces accusations ne sont pas de nature criminelle et, selon M. Reid, leurs audiences seront menées à huis clos par d'autres officiers, à Cold Lake.

Avertissements et réprimandes pour d'autres officiers

Un troisième officier, plus subalterne, a également été accusé d'atteinte à la discipline ou au moral pour avoir participé à l'attribution d'un indicatif d'appel inapproprié, a déclaré M. Reid.

La chaîne de commandement a dans ce cas appliqué des mesures administratives distinctes en guise de réponse disciplinaire.

Des mesures administratives, qui impliquent généralement des avertissements et des réprimandes, ont également été imposées à un certain nombre d'autres officiers, allant de sous-lieutenant à major, a ajouté M. Reid.

Les accusations et les mesures disciplinaires découlent d'une réunion informelle, le 22 juin, à l'une des deux principales bases aériennes du Canada, la 4e Escadre Cold Lake, en Alberta. Au cours de ces réunions, les pilotes attribuent des surnoms ou des indicatifs d'appel aux nouveaux membres, autour d'un verre.

Or, lors de la réunion de juin, selon l'armée de l'air, plusieurs pilotes de chasse ont proposé, discuté et attribué un indicatif d'appel inapproprié à un autre pilote.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

En cours de chargement...