•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pénurie de main-d’œuvre diminue en partie le déficit du CIUSSS de l’Estrie - CHUS

Une infirmière masqué avec un bonnet sur lequel il y a plusieurs dessins de fraises et tint dans sa main un fil qui semble être lié à un malade qu’on ne voit pas. Il y a d’équipement médical tout autour d’elle, dont une intraveineuse, une poche de soluté. Contrairement à plusieurs autres photos médicales, l’esthétique de celle-ci est plus recherchée et la qualité de la caméra est excellente. On dirait presque une scène de film.

Le budget consacré aux salaires a chuté de 1,3 million de dollars par rapport à la même période, l'an dernier.

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui

Comparativement à pareille date l'année dernière, le CIUSSS de l'Estrie - CHUS enregistre un déficit de mi-année trois fois moins important. Des surplus ont été engrangés en raison notamment d'une diminution de la masse salariale, conséquence directe du manque d'employés.

À mi-année de l'exercice financier 2022-2023, le déficit s'élève à 5,2 millions de dollars, alors qu'il était de 14 millions en 2021-2022.

Le budget consacré aux salaires cumule un surplus de 1,3 million de dollars par rapport à la même période l'an dernier. Cet écart, selon la directrice des ressources financières Lyne Jutras, s'explique par une pénurie de main-d'œuvre.

On a un écart de 117 406 heures travaillées, si on compare avec le dernier budget, explique-t-elle, ajoutant qu'il s'agit d'une tendance à l'inverse des dernières années. Cela, c'est malgré le temps supplémentaire et les différents bénéfices, [mais] c'est certain qu'au niveau des heures supplémentaires, cela a diminué également par rapport à l'an passé.

« On peut voir les effets de la pénurie de la main-d'œuvre cette année par rapport aux années précédentes. On voit qu'on a moins d'heures travaillées que les années précédentes. »

— Une citation de  Lyne Jutras, directrice des ressources financières au CIUSSS de l'Estrie - CHUS

L'autre explication est le fait que le CIUSSS de l'Estrie - CHUS a déjà pris en considération que Québec allait être plus généreux à la fin de l'année financière pour contrer l'impact de la hausse des prix.

L'an dernier, à la fin de l'année financière, on nous avait donné un financement additionnel en raison de l'augmentation de l'indice des prix à la consommation, explique Lyne Jutras. On n'avait pas pu [l'intégrer dans nos prévisions] plus tôt dans l'année. Cette année, le ministère [de la Santé] nous a déjà dit au mois d'août qu'on pouvait s'attendre à un ajustement. On l'avait déjà anticipé.

Des déficits liés au soutien à domicile et aux familles d'accueil

Deux des principaux secteurs où le CIUSSS enregistre des déficits sont le programme jeunesse, comprenant le volet des familles d'accueil, et le soutien à domicile. Le premier essuie des pertes de 3,2 millions de dollars pour les services achetés en famille d'accueil, et les investissements dans le second ont entraîné un manque à gagner de 4 millions de dollars.

On voit vraiment une augmentation au cours des dernières années [au programme jeunesse]. On l'a transmis au ministère, affirme Lyne Jutras. Cela fait quelques années qu'on offre des services beaucoup plus importants que le financement qu'on reçoit du ministère.

Quant aux soins à domicile, elle souligne que le CIUSSS travaille de façon régulière pour augmenter la fluidité au sein des centres hospitaliers et intensifier ces services.

En route vers l'équilibre budgétaire

Cependant, le déficit cumulatif actuel de 8 millions de dollars n'est pas inquiétant pour la directrice des ressources financières, qui croit que le CIUSSS pourra atteindre l'équilibre budgétaire d'ici la fin de l'année. Il y a toujours des budgets de développement qui viennent avec des redditions de compte et des cibles précises. Tant qu'on ne les a pas atteintes, on ne sait pas si on aura le financement, alors il y a toujours un petit jeu, un petit écart. [...] On est quand même très près et on souhaite y arriver, mais selon certains dossiers, cela peu basculer d'un côté ou de l'autre, explique-t-elle.

Sur un budget d'environ 2 milliards de dollars, quand on parle de 20 millions, c'est 1 %, précise-t-elle. On vise l'équilibre, mais on espère terminer à l'intérieur de 1 %.

« On est en meilleure position que les trois dernières années. »

— Une citation de  Lyne Jutras, directrice des ressources financières au CIUSSS de l'Estrie - CHUS

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...