•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rachel Doerrie porte plainte pour discrimination contre son ancien employeur, les Canucks

Les joueurs des Canucks se félicitent autour de leur gardien de but.

Une ex-analyste vidéo et adjointe à l'entraîneur responsable de la vidéo de l'équipe, Rachel Doerrie, estime avoir été congédiée injustement.

Photo : La Presse canadienne / Rich Lam

La Presse canadienne

Une ex-membre du personnel d'entraîneurs des Canucks de Vancouver a déposé une plainte devant le Tribunal des droits de la personne de la Colombie-Britannique, estimant qu'elle a été congédiée en raison de son sexe, de ses problèmes de santé mentale et de son handicap physique.

Rachel Doerrie, une ex-analyste vidéo et adjointe à l'entraîneur responsable de la vidéo de l'équipe, a publié une copie de sa plainte sur Twitter dimanche, en mentionnant qu'elle a été physiquement et mentalement détruite et qu'elle en avait marre de [se] cacher.

Le document de six pages indique que Rachel Doerrie a prévenu les Canucks qu'elle souffrait d'un problème cardiaque et d'un syndrome post-traumatique, et a ajouté qu'elle croyait que ces conditions seraient gérées de manière responsable par les Canucks avant son embauche en janvier 2022.

La plainte, déposée devant le tribunal le 22 novembre, allègue que l'adjointe au directeur général de l'équipe, la Québécoise Émilie Castonguay, a remis en question la capacité mentale de Rachel Doerrie d'effectuer son travail.

Elle ajoute qu’Émilie Castonguay l'aurait traitée différemment des autres employés masculins de l'organisation, et mentionne que le sexe de Rachel Doerrie, ses problèmes de santé mentale et son handicap physique auraient joué un rôle dans son congédiement le 27 septembre 2022.

L’adjointe au directeur général a répondu par voie de communiqué que ces allégations sont totalement fausses et que l’ex-analyste vidéo n'a jamais été traitée différemment à cause de son genre, de sa santé mentale ou de sa condition physique.

Je suis très fière de mon travail avec les Canucks de Vancouver, d'être une bonne meneuse, une personne qui traite les autres de façon équitable, qui les respecte et qui priorise toujours les intérêts de ses collègues, a-t-elle évoqué.

L'entreprise Canucks Sports & Entertainment a aussi publié un communiqué pour dénoncer les allégations, qui n'ont toujours pas été soumises à un processus judiciaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...