•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La hausse des expulsions de locataires inquiète en Saskatchewan

Larissa Sellers assise à une table en compagnie de ses enfants,

L'expulsion de Larissa Sellers et de ses enfants de leur appartement a eu des effets négatifs sur leur santé mentale.

Photo : CBC/Adam Bent

Radio-Canada

Le Bureau de la location des locaux d'habitation (ORT) de la Saskatchewan indique qu’il a reçu 2093 demandes d'expulsions de locataires entre le 1er avril et le 31 août. Selon l'agence provinciale, 48 % de ces demandes, soit 966 expulsions, ont été accordées.

L’ORT est chargée des audiences d’expulsions entre propriétaires et locataires.

Larissa Sellers, une mère de famille de Regina, fait partie des personnes qui ont perdu leur logement à cause des évictions. Elle a été expulsée de son appartement le 9 novembre dernier.

Elle raconte qu’avec moins de 3000 $ de salaire et un loyer de 1300 $, elle avait de la peine à joindre les deux bouts, surtout parce qu’elle devait répondre aux besoins de ses trois adolescents.

Larissa Sellers ajoute qu’elle n’a pas pu se rendre à l’audience d’expulsion en personne à cause de son travail et avait demandé à sa fille de la représenter pour demander une nouvelle audience. Cette demande a cependant été rejetée, et Larissa Sellers et sa famille ont été expulsées de leur appartement.

Elle a aussi intenté un appel pour contester cette décision, mais elle estime que cela n’a fait qu’empirer les choses, car plusieurs propriétaires ont accès à des informations publiques à son sujet et ne veulent pas d’elle comme locataire.

« Nous sommes en mode de survie. »

— Une citation de  Larissa Sellers, habitante de Regina

Larissa Sellers a été séparée de ses enfants, qui doivent maintenant compter sur la générosité des membres de leur famille pour avoir un toit.

Le Programme saskatchewanais de soutien pointé du doigt

Plusieurs organismes de lutte contre la pauvreté et des propriétaires affirment que la hausse des expulsions de locataires est reliée au Programme saskatchewanais de soutien (SIS), mis de l’avant en 2021. Ils critiquent, entre autres, le fait que ce programme d’aide alloue l’argent aux clients plutôt que de payer directement leur loyer ainsi que les factures d'eau et d'électricité.

Selon le porte-parole de l’organisme à but non lucratif Regina Anti-poverty Ministry, Peter Gilmer, il y a au moins une personne qui se présente à son bureau chaque jour parce qu'elle est menacée d’expulsion.

C’est pratiquement impossible pour les personnes qui bénéficient du SIS de payer le loyer, des factures et de répondre à leurs besoins immédiats. La hausse de bénéfice enregistrée dans le dernier budget n’est qu’une goutte en termes de ce dont les gens ont besoin pour satisfaire des besoins de base, dit-il.

Le directeur de la société Quint Development Corporation, Len Usiskin, estime qu’il est de plus en plus difficile d'offrir des logements abordables, comme le fait son entreprise pour les gens dans le besoin.

Selon l'entrepreneur, 80 % des locataires de son entreprise dépendent du Programme saskatchewanais de soutien.

« L’allocation logement sous le SIS n’est même pas suffisante pour couvrir les frais de location à Saskatoon, ni pour les factures de services publics. »

— Une citation de  Len Usiskin, directeur de la société Quint Development Corporation

Le gouvernement de la Saskatchewan a annoncé à l'automne l'an dernier que des modifications seront apportées au SIS pour aider les plus vulnérables.

Le ministre des Services sociaux de la Saskatchewan, Gene Makowsky, a affirmé mercredi que la province se place parmi les régions les plus abordables au Canada. Il a ajouté que les chèques de 500 $ remis aux habitants depuis le début de novembre pourront aussi soulager ceux qui sont dans le besoin.

Avec les informations de Pratyush Dayal

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...