•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le présumé espion d’Hydro-Québec est remis en liberté en attendant son procès

Gros plan de Yueshang Wang.

L'ex-chercheur d'Hydro-Québec Yueshang Wang a été accusé d'avoir transmis des secrets industriels à la Chine.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Yueshang Wang, l'ex-chercheur d'Hydro-Québec accusé d'avoir transmis des secrets industriels à la Chine, est remis en liberté en attendant son procès.

Le juge s’est dit satisfait des garanties présentées par l’accusé détenu depuis deux semaines et qui clame son innocence depuis son arrestation.

Fait rare, M. Wang, qui ne reprend pas le chemin de la liberté immédiatement, a choisi de témoigner lors de l’enquête sur la mise en liberté. Il nie catégoriquement avoir transmis quelque information industrielle à la Chine.

M. Wang doit remettre son passeport, avoir un téléphone cellulaire géolocalisé, se présenter à la GRC et mettre en garantie ses propriétés, un engagement de 200 000 $ qu’il perdrait s’il venait à fuir le pays vers la Chine.

Le Service des poursuites pénales du Canada prend acte de la décision du juge qu’il pourrait contester. À ce stade-ci, le jugement est très élaboré, très fort juridiquement et ne semble pas susceptible d’une grande critique, a réagi Marc Cigana, avocat du Service des poursuites pénales du Canada.

Gary Martin.

Gary Martin, avocat de Yuesheng Wang

Photo : Radio-Canada

L’avocat de M. Wang explique pour sa part que le juge a vu une explication sur certains faits, qui semblaient évidents au départ de par la preuve de la poursuite elle-même.

« Les explications qui sont venues après pour expliquer certains documents, certains envois ont été salutaires pour mon client. »

— Une citation de  Gary Martin, avocat de Yuesheng Wang

Yunfeng Zheng, la conjointe de M. Wang, affirme croire en son innocence.

Je crois qu’il n’a pas fait ces choses-là. Il va rester ici. Il ne partira pas. Je lui fais confiance, a-t-elle dit.

C’est une enquête de la GRC qui a mené à l'arrestation de ce résident de Candiac et sa mise en accusation.

Selon la GRC, l'Équipe intégrée sur la sécurité nationale (EISN) a entamé son enquête en août 2022 après avoir reçu une plainte de la Direction de la sécurité corporative d'Hydro-Québec. M. Wang aurait ainsi obtenu les informations auxquelles il avait accès dans le cadre de ses fonctions.

Les chefs d'accusation contre Yueshang Wang ont été déposés en vertu de la Loi sur la protection de l'information et du Code criminel du Canada.

Dès l’annonce de l’arrestation de M. Wang, la GRC a expliqué que l'ingérence d'acteurs étrangers était une priorité pour de nombreuses agences d'application de la loi et de renseignement à travers le monde. Hydro-Québec fait partie des infrastructures essentielles et constitue un intérêt stratégique à protéger.

Avec les informations de Geneviève Garon

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

En cours de chargement...