•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’OMS renomme la variole du singe, jugeant que le nom est discriminatoire et raciste

Micrographie électronique montrant une particule du virus de la variole simienne.

Micrographie électronique montrant une particule du virus de la variole simienne.

Photo : CDC

La Presse canadienne

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a renommé la variole du singe (simienne), évoquant des inquiétudes quant au nom initial de la maladie animale vieille de plusieurs décennies, qui pourrait être interprété comme discriminatoire et raciste.

L'agence onusienne a annoncé lundi dans un communiqué que le nom mpox serait adopté pour désigner la variole simienne, affirmant toutefois que les deux termes seraient utilisés dans la prochaine année jusqu'à ce que l'ancien nom soit relégué aux oubliettes.

L'OMS s'est dite préoccupée par le langage raciste et stigmatisant qui a surgi après la propagation de la variole simienne dans plus de 100 pays. Elle a déclaré que de nombreux individus et pays ont demandé à l'organisation de proposer une voie à suivre pour changer le nom.

En août, l'OMS a commencé à consulter des experts pour renommer la maladie, peu de temps après que l'agence des Nations unies eut déclaré que la propagation de la variole simienne était une urgence mondiale.

À ce jour, plus de 80 000 cas ont été enregistrés dans des dizaines de pays qui n'avaient pas observé auparavant la maladie liée à la variole. Jusqu'en mai, la variole du singe, une maladie qui serait d'origine animale, n'était pas connue pour déclencher de grandes épidémies au-delà de l'Afrique centrale et occidentale.

À l'extérieur de l'Afrique, presque tous les cas concernent des homosexuels, des bisexuels ou d'autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes. Les scientifiques pensent que la variole du singe a déclenché des épidémies dans les pays occidentaux après s'être propagée par voie sexuelle dans deux fêtes en Belgique et en Espagne. Les efforts de vaccination dans les pays riches, ainsi que les interventions de contrôle ciblées, ont pour la plupart maîtrisé la maladie après son pic de l'été.

En Afrique, la maladie touche principalement les personnes en contact avec des animaux infectés comme les rongeurs et les écureuils. La majorité des décès sont survenus en Afrique, où il n'y avait pratiquement aucun vaccin disponible.

Les responsables américains de la santé ont prévenu qu'il pourrait être impossible d'éliminer la maladie là-bas, avertissant qu'elle pourrait constituer une menace permanente principalement pour les hommes homosexuels et bisexuels pour les années à venir.

La maladie avait été désignée pour la première fois comme variole du singe en 1958, lorsque des singes de recherche au Danemark avaient une maladie ressemblant à la variole, bien qu'ils ne soient pas considérés comme le réservoir animal de la maladie.

Même si l'OMS a nommé de nombreuses nouvelles maladies peu de temps après leur apparition, dont le syndrome respiratoire aigu sévère, ou SRAS et COVID-19, cela semble être la première fois que l'agence tente de rebaptiser une maladie des décennies après sa première dénomination.

De nombreuses autres maladies, dont l'encéphalite japonaise, la rougeole allemande, le virus de Marburg et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient, ont été nommées d'après des régions géographiques. L'OMS n'a suggéré de changer aucun de ces noms.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...