•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d’arbres pour éviter les îlots de chaleur à Rimouski?

Des arbres et le ciel.

La Ville de Rimouski est en voie de se doter d'une politique de l'arbre. (Archives)

Photo : Getty Images / Jordan Siemens

Protéger les arbres et augmenter leur présence sur le territoire : c'est ce que souhaite faire la Ville de Rimouski au cours des prochaines années.

Pour ce faire, la Ville est en train d'élaborer une politique de l'arbre et demande l'avis des citoyens sur les actions qui doivent être entreprises par l'administration municipale.

La Ville doit-elle imposer un seuil minimal d'arbres sur les terrains privés et commerciaux? Doit-elle mieux encadrer la coupe d'arbres ou encore fournir une aide financière pour inciter les citoyens à en planter? Les Rimouskois sont invités à se prononcer en répondant à un questionnaire en ligne d'ici le 9 décembre.

Des arbres coupés à Rimouski.

En 2021, Radio-Canada révélait que la Ville de Rimouski ignorait le nombre exact d'arbres qui avaient été coupés dans une petite forêt urbaine. La Ville n'avait même pas à délivrer de permis pour autoriser la coupe de ces arbres par le promoteur. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

Au cours des dernières années, le laxisme de la Ville de Rimouski en matière de protection des arbres a été décrié à plusieurs reprises, notamment en raison du fait qu'il est possible pour un propriétaire d'obtenir un permis pour abattre un arbre situé dans sa cour arrière ou sur le côté de sa maison sans qu'aucun professionnel n'ait eu à l'examiner.

Ce que la politique va nous aider à faire, c'est adapter la réglementation qui existe présentement pour la rendre plus spécifique, affirme le maire de Rimouski, Guy Caron.

« C’est la volonté du conseil municipal de reverdir. »

— Une citation de  Guy Caron, maire de Rimouski

Plus de verdure, moins d'îlots de chaleur

Actuellement, la ville de Rimouski compte un indice de canopée de 29,6 %. Cet indice correspond au pourcentage de la superficie occupée par la cime des arbres par rapport à la superficie de l'ensemble du territoire. Plus l'indice est élevé, plus il y a d'arbres.

« Notre indice de canopée est de 29,6 %, ce qui n'est quand même pas mauvais, mais on peut vouloir s’en donner plus. »

— Une citation de  Claire Lafrance, chef de la division Environnement à la Ville de Rimouski

À titre comparatif, la ville de Québec compte un indice de canopée de 32 %, celui de Montréal s'établit à 24,3 %, celui de Boucherville, à 17,1 %, et celui de Blainville, à 40,6 %.

Au cours des dernières années, les administrations municipales ont pris conscience de l'importance des arbres pour la santé de leurs citoyens, notamment pour réduire les îlots de chaleur pendant la période estivale.

Ces îlots de chaleur – qui correspondent à des zones où la température est jusqu'à 12 °C plus élevée que dans les zones limitrophes – sont présents sur 18 % du territoire de Rimouski.

Une carte montrant les îlots de chaleur.

Les zones indiquées en rouge et en orange sont considérées comme des îlots de chaleur, les zones rouges étant encore plus chaudes que celles indiquées en orange.

Photo : Radio-Canada / Mariane Vezeau et Ville de Rimouski

De plus, au cours des prochaines années, le nombre de jours où il fera plus de 30 °C est appelé à augmenter à Rimouski. Alors qu'une moyenne de 1,5 jour par année a été observée entre 1981 et 2010, ce nombre pourrait passer à 9,7 dans 20 ans et à 25,9 dans 50 ans, selon les scénarios les plus pessimistes d'un rapport d'Ouranos datant de 2020.

La présence d'arbres en milieu urbain peut avoir un effet bénéfique pour faire face aux changements climatiques et réduire les îlots de chaleur, selon l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Les citoyens et propriétaires d'industries et de commerces de Rimouski sont donc invités à réfléchir à ces questions et à donner leur avis sur la place qu'ils souhaitent donner aux arbres sur le territoire.

La politique de l'arbre devrait être adoptée au printemps 2023.

Avec la collaboration d'Éric Gagnon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...