•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accès à l’Assemblée nationale : le PQ appuie les demandes du Parti conservateur

Y répondre positivement ne coûterait rien aux contribuables, fait valoir Paul St-Pierre Plamondon.

M. St-Pierre Plamondon en point de presse.

Paul St-Pierre Plamondon estime que la requête du Parti conservateur du Québec est raisonnable.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

La Presse canadienne

Le Parti québécois (PQ) donne son accord aux trois demandes formulées par le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Éric Duhaime, qui est en quête pour sa formation politique d'un accès à l'Assemblée nationale.

Aux dernières élections générales, le Parti conservateur a recueilli l'appui de 530 786 électeurs et 12,91 % de tous les bulletins valides, selon Élections Québec, mais il n'a fait élire aucun de ses candidats.

Québec solidaire (QS) a reçu l'appui de 15,43 % des suffrages et a fait élire 11 candidats. Le pourcentage de vote du PQ, qui compte trois députés, s'est élevé à 14,61 %, alors qu'avec 14,37 % des suffrages, le Parti libéral du Québec (PLQ) a fait élire 21 de ses candidats.

Puisque le PCQ ne compte aucun député, Éric Duhaime a écrit une lettre demandant que son parti puisse tenir des conférences de presse à l'Assemblée nationale et avoir accès à un bureau et aux séances de huis clos.

Bannière

Dans son communiqué d'appui à ces revendications, le chef du PQ, Paul St-Pierre Plamondon, écrit que si un parti obtient 13 % des suffrages, il mérite d'avoir au moins une tribune pour se faire entendre à l'Assemblée nationale. Il ajoute que les demandes du Parti conservateur ne coûtent rien en fonds publics.

À son avis, le mode de scrutin actuel a provoqué une distorsion sans précédent dans la composition de l'Assemblée nationale et tout doit être fait pour rétablir un certain équilibre démocratique.

M. St-Pierre Plamondon déplore que des partis politiques aient démontré récemment peu d'appétit pour un rééquilibrage démocratique réel. Le PLQ, la CAQ et QS n'ont cherché qu'à réformer la méthode de l'octroi des ressources puisque celle-ci les avantage, selon lui.

Il demande aux autres chefs, le premier ministre François Legault de la Coalition avenir Québec (CAQ), Gabriel Nadeau-Dubois de QS et Marc Tanguay du PLQ, d'appuyer les demandes du Parti conservateur.

À la veille de la rentrée parlementaire, le chef du Parti conservateur du Québec, Éric Duhaime, continue de revendiquer sa place au parlement, en dépit du fait qu'il n'a pas réussi à se faire élire. Je le reçois en entrevue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...