•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fermeture d’un foyer de soins de longue durée à Orléans suscite des craintes

Un message remerciant les travailleurs de la santé à côté d'une statue de Marie à l'extérieur d'une maison de soins.

Un message remerciant les travailleurs de la santé à côté d'une statue de Marie à l'extérieur de la maison, en mai 2020, lors de la première vague de la pandémie de COVID-19.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

La maison de retraite Madonna, à Orléans, doit définitivement fermer ses portes au cours des prochains mois. Et certains s’inquiètent de l’avenir des résidents qui y logent.

Le séjour de Vera Iodko à la Madonna Care Community n'a pas été facile, raconte sa fille. Et maintenant, elle doit même quitter les lieux en raison de la fermeture imminente de la maison de retraite.

Mme Iodko a emménagé dans ce foyer de soins de longue durée privé de 160 lits, à Orléans, au début de 2020.

Cette année-là, 47 résidents, ainsi que deux membres du personnel et le conjoint d'un travailleur, sont décédés après avoir contracté la COVID-19.

Trois personnes posent pour une photo, l'une d'elles est en fauteuil roulant.

Genya Webster, à gauche, pose avec sa mère Vera Iodko, au milieu, et sa sœur Anna Dorion, à droite.

Photo : Gracieuseté Genya Webster

La fille de Iodko, Genya Webster, explique que depuis, la maison a subi des changements de direction et a commencé à entreprendre des améliorations. Puis, tout s’est arrêté pendant des mois, dit-elle, et depuis, les membres de la famille n'ont reçu aucune mise à jour.

Aujourd'hui, la propriétaire de la maison, Sienna Senior Living, affirme que les travaux nécessaires pour remédier aux dégâts d'eau et aux moisissures importantes prendraient des années.

L'entreprise a donc décidé de fermer définitivement l'établissement au cours des prochains mois et de déplacer ses résidents ailleurs.

Nous ne savons tout simplement pas où elle finira, a déclaré Mme Webster à propos de sa mère. Ma plus grande inquiétude est que ma mère soit loin de nous.

Le risque de perdre du personnel expérimenté

Betty Yakimenko s'inquiète également de l'endroit où sa mère, Elsie Stadler, sera installée.

Mme Stadler souffre de démence avancée et vit à Madonna Care Community depuis six ans, raconte-t-elle.

Mon inquiétude, c’est que [elle pourrait se retrouver dans des maisons] qui n'ont pas une bonne réputation, ajoute-t-elle.

Betty Yakimenko et Elsie Stadler côte-à-côte.

Betty Yakimenko, à gauche, pose avec sa mère Elsie Stadler, qui vit à la maison de soins Madonna, à Orléans.

Photo : Gracieuseté Betty Yakimenko

La longue liste d'attente, en Ontario, pour les personnes qui cherchent à entrer dans un foyer de soins de longue durée embête également Mme Yakimenko, tout comme sa peur de ne plus pouvoir compter sur du personnel qui connaît bien les besoins de sa mère.

Les nouveaux travailleurs ne connaissent pas les goûts des résidents, leurs particularités et leurs petits problèmes, déclare-t-elle.

Les familles seront impliquées

Dans une réponse envoyée par courriel, Sienna Senior Living assure à CBC avoir un plan détaillé pour s'assurer que le personnel est correctement maintenu en poste pour les résidents pendant tout le processus.

En ce qui concerne le déménagement des résidents dans de nouvelles maisons, l'équipe de Madonna se coordonnera avec le Réseau local d'intégration des services de santé, qui établira et dirigera le processus de relocalisation, en tenant compte du choix de domicile des résidents, selon une lettre envoyée aux familles des résidents et partagée avec CBC.

Ce plan, en cours d'examen par le ministère des Soins de longue durée, sera également mis en œuvre en collaboration avec les membres de la famille, a déclaré l’entreprise à CBC.

Susan Braedley, professeure en travail social à l'Université Carleton, explique que les foyers de soins de longue durée déplacent généralement les résidents vers le prochain lit disponible à proximité.

Mais cette décision elle-même peut être lourde pour les personnes qui connaissent déjà des niveaux élevés de fragilité, de maladies chroniques et de démence, soutient Mme Braedley.

Un bâtiment n'est pas si vieux

Sienna Senior Living a également expliqué à CBC avoir découvert des dégâts d'eau irréparables et de la moisissure liés à la conception et à la construction originales du bâtiment avant que nous ne devenions propriétaires.

Sienna a acquis la maison en 2012 sous un autre nom de société.

Alors que Sienna prévoyait de faire une rénovation de grande envergure, la portée du projet s'est étendue au-delà de ce qui est raisonnable pour les résidents et les membres de l'équipe et aurait abouti à un chantier de construction de plusieurs années, explique-t-on.

Cette situation ne servirait pas les meilleurs intérêts des résidents, ajoute l’entreprise.

Mme Yakimenko note que Madonna Care Community n'a ouvert ses portes qu'en 2007 et qu'elle ferme déjà, 15 ans plus tard.

Comme je ne suis ni constructeur ni un ingénieur, ma première analyse, c’est que si le bâtiment n'a que 15 ans, cela veut dire qu’il n’a pas été construit correctement dès départ, dit-elle.

Quant à Mme Webster, même si elle s'inquiète de l'endroit où sa mère va atterrir, elle veut garder espoir.

Il y a des foyers qui semblent agréables. Ils sont rares, mais peut-être que ma mère aura le choix d'aller dans l'un d'entre eux, partage-t-elle. Mais nous ne savons pas.

Avec les informations de Guy Quenneville et de Ben Andrews, de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...