•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Homme trouvé mort à Moncton : « Luke était bien plus qu’un sans-abri », affirme sa mère

Luke Anthony Landry, 35 ans, est l’homme trouvé mort devant l’hôtel de ville de Moncton. Mary MacDonald, mère de Luke, affirme qu'il était bien plus qu'un sans-abri ou une statistique.

Radio-Canada

Mary MacDonald, mère d’un sans-abri récemment trouvé mort devant l’hôtel de ville de Moncton, souhaite que les gens comprennent que son fils était beaucoup plus qu’une simple donnée statistique.

Mère de trois enfants, la résidente de Prince George, en Colombie-Britannique, est en larmes depuis mardi dernier. Son fils Luke Anthony Landry, 35 ans, a été trouvé mort dans des toilettes publiques devant l’hôtel de ville de Moncton.

La première nouvelle que j’ai reçue par les médias, c’est qu’un sans-abri est mort devant l’hôtel de ville. C’est mon enfant! On ne peut pas continuer de le décrire seulement comme un sans-abri. Luke était bien plus qu’un sans-abri, affirme Mary MacDonald.

Un petit abri extérieur.

Luke Anthony Landry a été trouvé mort dans ces toilettes publiques devant l'hôtel de ville de Moncton.

Photo : Radio-Canada

Son fils était le père de deux filles, explique-t-elle. Il était aussi un frère, un oncle et un cousin. La famille est originaire du Cap-Breton où se trouvent toujours certains de ses membres.

Il était chrétien. Il croyait en Dieu. Il faisait de la musique rap chrétienne, souligne-t-elle.

Démuni en sortant de prison

Le couple de Luke Anthony Landry s’était séparé et ce dernier vivait à Moncton depuis une dizaine d’années, explique Mary MacDonald.

Quand il est sorti de prison ce matin-là, il était très vulnérable. Il n’avait pas d’autres vêtements. Je lui ai envoyé 100 $. La police m’a dit qu’il avait dépensé cet argent pour acheter des bottes et des jeans, dit-elle.

Égoportrait de Mme MacDonald avec ses deux fils adultes.

Mary MacDonad en compagnie de deux de ses fils, Luke Anthony Landry (qui porte une casquette) et Julian. Elle explique que son fils Luke avait des difficultés, mais il était avant tout un membre bien-aimé de la famille.

Photo : Gracieuseté/Mary MacDonald

Une connaissance a conduit son fils chez un organisme de bienfaisance où elle croyait qu’il pouvait être hébergé, indique Mme MacDonald, mais ce n’est pas ce qui s’est produit.

Il a demandé de l’aide, il a été refoulé, et voici le résultat. C’est inacceptable, lance Mary MacDonald.

Mme MacDonald sait que les policiers ont fait une erreur d’identification et qu’ils ont annoncé la mort de son fils à une autre famille. Cette autre famille était bouleversée aussi. Je trouve que c’est horrible.

Mary MacDonald dit avoir l’impression que son fils a été traité comme un déchet humain.

Une surdose le jour même

Mary MacDonald tente de comprendre ce qui est arrivé à son fils. Ce jour-là, dans l’après-midi, il est arrivé chez l’organisme Ensemble Moncton, qui administre dans ses locaux un programme de prévention des surdoses à l'intention des consommateurs de drogues.

Selon la directrice d’Ensemble Moncton, Debbie Warren, Luke Landry a fait une surdose. Les premiers répondants appelés sur les lieux l’ont ranimé, mais il se portait mal ensuite.

Debby Warren.

Debbie Warren pleure en pensant à l'homme trouvé mort mardi dernier à Moncton. Elle avait tenté en vain de lui trouver un endroit où passer la nuit.

Photo : Radio-Canada / Pierre Fournier

Mme Warren dit avoir appelé les refuges, mais aucun d’eux ne pouvait accepter M. Landry. Elle a aussi communiqué avec le ministère du Développement social dans l’espoir qu’il lui fournisse une chambre d’hôtel, mais sans succès.

Mary MacDonald n’a encore reçu aucun rapport officiel sur les causes de la mort de son fils, mais il lui semble évident qu’une très mauvaise drogue circule à Moncton ces temps-ci. Elle dit que son fils a été jeté à la rue, que le système connaît des ratés et qu’il faut corriger cela pour que les gens en difficulté reçoivent de l’aide.

Luke Landry assis sur un banc à côté de ses deux fillettes tient un chien dans ses bras.

Mary MacDonad affirme que son fils Luke avait le plus beau sourire au monde, un sourire qu’il a donné à ses deux filles.

Photo : Gracieuseté/Mary MacDonald

Après le décès de Luke Landry, la ministre du Développement social, Dorothy Shephard, a annoncé qu’une équipe dirigée par un sous-ministre est chargée d’obtenir des résultats très rapides cette semaine à Moncton.

Les autorités municipales indiquent que les conseillers municipaux recevront une mise à jour lors de leur réunion lundi soir.

Donner un sens à la mort de son fils

Mary MacDonald ne parle pas des raisons pour lesquelles son fils a été détenu, mais elle dit que chaque fois qu’il a mal agi c’était à cause des drogues.

Je l’aimais profondément. Je connaissais ses difficultés, mais cela ne change pas le fait que personne n’aurait dû mourir comme cela, dit-elle.

Luke Landry, souriant, sur une plage.

Parmi toutes les photographies de son fils Luke, voici celle que préfère Mary MacDonald. Elle a été prise au Cap-Breton d'où est originaire la famille.

Photo : Gracieuseté/Mary MacDonald

Le nom d’artiste de son fils était Elekted. Selon Mme MacDonald, il était connu à Moncton pour aider d’autres personnes sans domicile fixe.

Il était très intelligent. Il n’a jamais eu de bons résultats à l’école parce qu’il avait des difficultés d’attention, mais il était très intelligent, souligne Mme MacDonald.

Un service religieux pour Luke Anthony Landry aura lieu mercredi, à 15 h, dans l’église anglicane de la rue Saint-Georges à Moncton.

D’après un reportage de Vanessa Blanch, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...