•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Journée d’action de l’AFPC : la porte est toujours ouverte, selon Mona Fortier

Des manifestants agitent des drapeaux.

Des membres de l'AFPC ont manifesté à Gatineau le 28 novembre 2022.

Photo : Radio-Canada / Rebecca Kwan

Radio-Canada

Des membres de la section de la Région de la capitale nationale de l’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) mènent une journée nationale d’action lundi. Ils dénoncent le « silence » de Mona Fortier dans le contexte des négociations, tandis que celle-ci réplique qu'elle « ne se cache pas ».

Les manifestants voulaient appuyer toutes les équipes de négociation et les membres de l’AFPC qui luttent pour des salaires équitables et pour de meilleures conditions de travail, indique le syndicat dans un communiqué.

Il faut absolument revenir à la table avec une entente juste et équitable, avec une augmentation salariale qui a de l'allure. On est prêts à se battre aussi loin qu'il faut, y compris la grève, [pour obtenir] une nouvelle convention collective équitable pour les membres de l'AFPC, a lancé en entrevue Alex Silas, vice-président et directeur régional du syndicat.

Dans la région, quelques dizaines de manifestants se sont rassemblés lundi midi devant l’hôtel Four Points Sheraton à Gatineau, où l’équipe de négociation du syndicat présente son cas à la Commission de l’intérêt public (CIP). Celle-ci a pour objectif d'aider les parties à régler le différend en cas d'impasse dans la négociation d'une convention collective. Au terme des audiences, elle peut formuler des recommandations.

Des manifestants avec des affiches et des drapeaux. Une affiche indique "J'appuie mon équipe de négo".

Des manifestants se sont rassemblés à midi devant l’hôtel Four Points Sheraton, à Gatineau, où l’équipe de négociation du syndicat présente son cas à la Commission de l’intérêt public.

Photo : Radio-Canada / Rebecca Kwan

D’autres actions similaires ont lieu partout au pays lundi, dont une activité nationale virtuelle avec le président national de l’AFPC, Chris Aylward, en fin de journée.

Les membres de l’AFPC sont sans contrat de travail depuis l’été 2021. Les pourparlers se sont terminés en mai. Les négociations achoppent sur la question salariale, raison pour laquelle les deux parties se retrouvent devant les commissions de l’intérêt public (CIP) établies par la Commission des relations de travail et de l’emploi dans le secteur public fédéral. Les audiences doivent se conclure en décembre.

 Les travailleuses et travailleurs se battent pour améliorer leurs salaires et leurs conditions de travail parce qu’avec le coût de la vie qui explose, leur pouvoir d’achat ne cesse de diminuer , explique Chris Aylward, président national de l’AFPC.

Chris Aylward parle au micro lors d'une manifestation dehors l'hiver à Ottawa.

Chris Aylward, président national de l'Alliance de la Fonction publique du Canada

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Sur les pancartes, on pouvait lire le mot « respect » et la question  Où est Mona?  en guise de reproche à la présidente du Conseil du Trésor, Mona Fortier, accusée de briller par son absence à la table de négociations.

En tant que présidente du Conseil du Trésor, Mona Fortier est la première responsable des négociations avec le Conseil du Trésor et avec les agences fédérales. Pourtant, après des mois et des mois de négociations, la ministre Fortier n’a pas fait preuve de leadership en proposant un véritable mandat alors que les travailleurs continuent de prendre du retard, ajoute le syndicat par voie de communiqué.

Qu'ils reviennent à la table, demande Mona Fortier

La présidente du Conseil du Trésor a demandé aux syndicats de revenir à la table de négociations en marge de la période de questions à la Chambre des communes. Je suis à la table de négociations et ils peuvent revenir. Moi, je n'ai pas créé de silence, ils l'ont créé en quittant la table, a lancé Mona Fortier en mêlée de presse.

Mona Fortier.

Mona Fortier, présidente du Conseil du Trésor, en mêlée de presse lundi.

Photo : Radio-Canada

« Je trouve ça dommage. Honnêtement, la main est tendue pour dire : "Revenez à la table." Je pense qu'on peut avoir des discussions parfois courageuses, difficiles. En même temps, il faut que ce soit une entente qui va représenter le bien des Canadiens et le bien des fonctionnaires. »

— Une citation de  Mona Fortier, présidente du Conseil du Trésor du Canada

À un des slogans des manifestants, Mme Fortier a répondu qu'elle « ne se cache pas ». Dans sa courte mêlée de presse, elle a indiqué qu'une grève ne serait « pas une bonne idée en ce moment », même si elle a reconnu le droit fondamental des travailleurs d'en déclencher une. Il faut qu'ils reviennent pour avoir ces négociations, a conclu Mme Fortier.

Avec les informations de Rebecca Kwan

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...