•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rentrée parlementaire : Éric Duhaime souhaite toujours une place à l’Assemblée nationale

Deux hommes prennent la pose en bordure d'un fleuve. Ils se serrent la main.

Éric Duhaime, chef du Parti conservateur du Québec, et Jonathan Poulin, ancien candidat conservateur dans Beauce-Sud

Photo : Radio-Canada / Magalie Masson

À deux jours de la rentrée parlementaire, Éric Duhaime revient à la charge pour faire son entrée au parlement.

Mardi, il enverra une lettre à la nouvelle présidence de l'Assemblée nationale pour exiger que son parti ait une place entre les murs du parlement, même si aucun de ses candidats n'a été élu lors des élections générales d’octobre dernier.

Trois exigences

Éric Duhaime demande trois choses : la possibilité de tenir des points de presse à l'intérieur du parlement, un bureau et la permission de participer aux discussions à huis clos, comme celles portant sur le budget. Il a exposé ses exigences dimanche après-midi lors d'un rassemblement à Saint-Georges, en Beauce.

Le chef conservateur justifie ses demandes par le fait que son parti a obtenu 12,9 % des voix lors des dernières élections.

La réforme du mode de scrutin ne se fera pas à courte échéance, puis on ne peut pas attendre. On ne peut pas se permettre de rester à l’extérieur de l'Assemblée nationale encore pendant plusieurs mois ou plusieurs années.

Des lettres envoyées aux autres partis provinciaux

Dans les dernières semaines, le chef du Parti conservateur du Québec a envoyé des lettres aux autres partis élus à l'Assemblée nationale, pour leur faire part de ses demandes.

Il dit avoir discuté avec des membres de tous ces partis et senti une ouverture de leur côté.

Il y a des personnalités qui sont capables de s’élever au-dessus de la partisanerie [...] pour dire qu’on a notre place à l'intérieur des murs de l'Assemblée nationale.

Mode de scrutin : le PCQ doit se positionner

Même si Éric Duhaime parle abondamment de distorsion démocratique pour expliquer l'absence de son parti au parlement, la position des conservateurs à propos d’une éventuelle réforme électorale n'est pas encore claire.

Le PCQ ne s’est pas encore positionné sur l’idée de réformer le mode de scrutin, mais Éric Duhaime indique que ses membres se réuniront sous peu pour en discuter.

Avec les informations de Magalie Masson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...