•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Recycler le bois d’œuvre des vieux élévateurs à grain de la Saskatchewan

L'équipe de démantèlement d'élévateurs à grain de la firme ABMT Wood Solutions, en Saskatchewan.

Plus de dix clients ont manifesté leur intérêt pour obtenir les services de démantèlement des élévateurs à grain d'ABMT Wood Solutions, en Saskatchewan.

Photo : Fournie par Nathan Jones

Radio-Canada

En Saskatchewan, l’entreprise ABMT Wood Solutions s’est donné pour mission de recycler le bois d'œuvre des vieux élévateurs à grain afin d'en faire des logements abordables à faible teneur en carbone.

Ce matériau peut servir à construire des pistes de danse, du matériel décoratif et des bâtiments résidentiels à émissions de carbone nulles, ce qui fait partie des objectifs d’Ottawa (Nouvelle fenêtre) en matière de construction de domiciles dans les provinces.

L’équipe travaille présentement sur le démantèlement de deux des trois élévateurs de Kenaston, à 85 kilomètres à l’est de Milden, et compte une dizaine de clients en attente.

Les trois élévateurs à grain de Kenaston, en Saskatchewan.

Deux des trois élévateurs à grain de Kenaston, en Saskatchewan, vont être démantelés, au grand dam du maire Dallas Lowdermilk.

Photo : Radio-Canada / Cory Herperger

Si je gagnais la loterie demain, je les achèterais et ils resteraient là, affirme le maire de Kenaston, Dallas Lowdermilk, en faisant référence aux trois géants de trente mètres de haut qui ponctuent le territoire de sa municipalité.

Ces vieux élévateurs servent de points de repère historiques à de nombreux résidents dans la province, mais les coûts d’entretien ou de réparation sont trop élevés et les installations posent souvent des risques d’incendie.

Avec le temps, le paysage de la province a changé alors que les agriculteurs se sont tournés vers d’autres infrastructures, notamment les installations terminales intérieures en béton et les silos en acier.

Oli Remmen, propriétaire de l’élévateur qu'ABMT Wood Solutions démantèle en ce moment, affirme que la structure inutilisée lui coûte de 5000 $ à 6000 $ par an.

Alvin Herman devant un élévateur à grain en voie de démantèlement en Saskatchewan.

Alvin Herman s'est lancé dans cette aventure en démantelant son propre élévateur à grain de 111 ans à Milden.

Photo : Fournie par Nathan Jones

À 75 ans, le fermier retraité Alvin Herman a vu du potentiel dans les planches abîmées par les intempéries au-delà des sites d’enfouissement vers lesquels elles sont dirigées d’habitude.

Nous leur offrons un salut à l’abri des flammes, explique cet homme qui se qualifie de bourreau de travail, qui a eu la piqûre après le démantèlement d’un élévateur à grain de 111 ans qui lui appartenait à Milden, à 90 km au sud-ouest de Saskatoon.

« J’étais allergique à l’idée de les démolir ou de les brûler et de polluer l’environnement. »

— Une citation de  Alvin Herman, ABMT Wood Solutions
Démantèlement d'un élévateur à grain de 111 ans à Milden, en Saskatchewan.

Alvin Herman affirme que son élévateur à grain de 111 ans à Milden, en Saskatchewan, avait dépassé sa date d'expiration depuis belle lurette.

Photo : Fournie par Nathan Jones

L’équipe récupère des panneaux de bois d'œuvre lamellé, qu’elle juge comme étant structurellement plus résistants que la charpente de bois conventionnelle utilisée dans d'autres projets de construction.

ABMT Wood Solutions travaille présentement sur la construction d’une maison d’exposition de trois pièces en utilisant ces planches.

Conseiller auprès d’AMBT, Ian Laughran pense que l’entreprise peut contribuer à la construction de logements abordables dans tout le pays, ce qui pourrait être utile au sein des communautés des Premières Nations, notamment.

L'équipe d'ABMT Wood Solutions en plein travail de démantèlement d'un élévateur à grain.

L'équipe d'ABMT Wood Solutions en plein travail de démantèlement.

Photo : Fournie par Nathan Jones

À l’intérieur de l’élévateur à grain de Kenaston, Ian Loughran se dirige vers un mur fait de bois lamellé cloué. Il affirme que des sections comme celles-ci peuvent être rembourrées avec du revêtement isolant, qui peut également être fait à partir de bois recyclé, afin d’être assemblé comme des pièces de Lego.

M. Loughran affirme que des maisons peuvent être construites de cette façon en quelques semaines.

Question d’héritage

Architecte originaire de Regina, Ali Piwowar travaille désormais à Ottawa. Elle a rédigé son mémoire de maîtrise sur l’héritage culturel des élévateurs à grain en Saskatchewan.

Mme Piwowar estime que vingt élévateurs disparaissent chaque année à cause de démolitions, d’incendies ou de catastrophes naturelles.

Selon elle, les silos servaient de points de repère surélevés dans le territoire plat des Prairies.

« Historiquement, il y en avait un dans chaque village, une structure verticale qui servait d'indicateur pour faire savoir aux gens qu’il y avait des résidents là-bas, qu’il y avait une communauté. »

— Une citation de  Ali Piwowar, architecte originaire de Regina
Des tas de bois éparpillés sur un terrain après avoir été retirés d'un élévateur à grain.

AMBT Wood Solutions affirme que le bois recyclé peut servir à de nombreux usages, y compris la construction de logements abordables.

Photo : Fournie par Nathan Jones

L’organisme caritatif Fiducie nationale du Canada a qualifié les élévateurs à grain en bois de lieux en voie de disparition.

Il y a 11 élévateurs à grain inscrits comme biens patrimoniaux en Saskatchewan, dont un qui a pris feu en 2020, selon le ministère des Parcs, de la Culture et des Sports de la province. Ali Piwowar précise que la désignation dépend d’une demande de la part des agriculteurs.

Propriétaire du deuxième élévateur en voie de démantèlement à Kenaston, Brent Guy affirme avoir interpellé son député à ce sujet mais n’avoir pas reçu de réponse. Il garde un bon souvenir de réunions familiales pendant lesquelles les enfants grimpaient dans le bâtiment afin d’avoir un aperçu du territoire.

C’est une des rares communautés en Saskatchewan avec un tel paysage. C'est triste, mais il s’agit simplement de questions financières, explique-t-il.

Avec les informations de Dayne Patterson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...