•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un fonds pour la nature obtient du financement pour protéger 13 espèces

Une espèce d’oiseau et deux espèces de chauves-souris en déclin sont prioritaires.

Un petit oiseau jaune à tête bleue-grise perchée sur une branche dans un arbuste.

Une paruline du Canada (Cardellina canadensis) photographiée près du lac Huron, en Ontario, en 2015.

Photo : Getty Images / Brian Lasenby

Radio-Canada

Un fonds pour la protection de la nature pourra acheter de nouvelles terres à l’Île-du-Prince-Édouard, afin de protéger les espèces natives qui y vivent, mais qui sont en péril.

L’organisme sans but lucratif Island Nature Trust vient de recevoir 600 000 $ du gouvernement fédéral pour acheter 172 hectares dans la province.

Le fonds a déjà acheté plus de 3200 hectares de terres sur l’île, et près de la moitié a été acquise dans les cinq dernières années. On prend de l’expansion rapidement, dit George Mason, le trésorier d'Island Nature Trust.

Le nouveau financement provient de l’initiative Lieux prioritaires pour les espèces en péril – Patrimoine naturel bonifié, un programme fédéral qui va distribuer 27 millions et demi de dollars sur quatre ans pour appuyer 67 projets.

Il y a 11 endroits au pays qui sont considérés comme prioritaires pour la survie des espèces en péril.

George Mason indique que l’organisme Island Nature Trust ciblera en priorité l’habitat de la paruline du Canada (Cardellina canadensis). Cet oiseau a besoin de broussailles denses.

Selon les recherches effectuées par Island Nature Trust, la population de parulines ont enregistré un déclin de 71 % entre 1970 et 2012 dans la province.

Une petite chauve-souris brune qu'un chercheur tient dans sa main montre les dents.

Une petite chauve-souris brune (Myotis lucifugus)

Photo : Associated Press / Mike Groll

D’après Environnement et Changement climatique Canada, cet habitat abrite 13 espèces en péril, dont la petite chauve-souris brune (Myotis lucifugus) et la chauve-souris nordique (Myotis septentrionalis).

Le financement obtenu, Island Nature Trust va à présent décider quels terrains seraient propices à cet objectif, et entreprendre des pourparlers avec les propriétaires, explique George Mason.

Une chauve-souris à longues oreilles installée sur son ventre, la tête appuyée sur quelque chose de jaune.

Une chauve-souris nordique (Myotis septentrionalis) photographiée au Wisconsin. Cette espèce qui vit au Canada et aux États-Unis est menacée par le champignon Pseudogymnoascus destructans, qui cause une épidémie de syndrome du nez blanc.

Photo : Associated Press / Ministère des Ressources naturelles du Wisconsin

Le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard s’est donné comme objectif de protéger 10 % de son territoire, mais il y a encore du chemin à faire, note M. Mason. À la fin de 2020, la province ne comptait que 4,4 % de terres protégées.

Environnement et Changement climatique Canada a de plus annoncé vendredi dernier que le ministère de l’Environnement de l’Île-du-Prince-Édouard et la Société de conservation Abegweit recevraient aussi du financement continu pour leurs projets existants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...