•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le salon de coiffure que tenait Viola Desmond est recréé à Halifax

L’installation artistique L’expérience Viola Desmond a été conçue par l’artiste Marvin Nelligan.

Une installation artistique extérieure. Une chaise de salon de coiffure est accessible aux passants de la rue. Trois murs de briques entourent la chaise. Sur ces murs, des murales autocollantes recréent le salon de coiffure de Viola Desmond. Par exemple, un autocollant d’elle grandeur nature se trouve sur le mur de gauche. Sur la murale autocollante, il y a aussi, entre autres, un miroir, des produits de beauté sur une étagère, des femmes assises et une réceptionniste.

L’installation artistique « L’expérience Viola Desmond » est située juste à côté du salon de barbier Blue Collar et du commerce The Braiding Lounge, sur la rue Gottingen à Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Photo : CBC / Anam Khan

Radio-Canada

Le salon de coiffure d’une héroïne des droits civiques canadienne a été recréé dans le quartier North End d’Halifax, en Nouvelle-Écosse. L’installation artistique L’expérience Viola Desmond, conçue par l’artiste Marvin Nelligan, est ouverte au public.

Dans les années 1940, l'entreprise de Viola Desmond, à Halifax, se nommait Vi's Studio of Beauty Culture.

La reproduction artistique de son entreprise a pour but de souligner ses accomplissements comme femme d’affaires afro-néo-écossaise. L'installation située sur la rue Gottingen a aussi une composante numérique.

Les passants pourront bientôt, en utilisant un code QR, s’asseoir dans la chaise et une comédienne qui joue le personnage de Viola apparaîtra comme si vous étiez dans son salon en tant que client, dit Marvin Nelligan.

Il s'agit d'un concept intéressant et d'une installation importante, selon Allison Moz, une passante dans la rue interpellée par cette réalisation artistique.

Lorsqu’on est invité à entrer dans un lieu comme celui-ci, c’est là qu’on apprend facilement l’histoire de cette dame. C’est bien fait, lance-t-elle.

Qui est Viola Desmond ?

Dans les années 1940, Viola Desmond vendait des produits de beauté et avait un salon de coiffure à Halifax. En 1946, lors d’un voyage d’affaires à New Glasgow, elle a refusé de quitter la section réservée aux Blancs dans un cinéma et a été arrêtée pour son geste.

Elle est décédée en 1965. En 2010, la province a offert des excuses officielles et un pardon, à titre posthume. Son effigie se retrouve sur les billets de 10 $ et sur des timbres.

Une installation artistique pour « aller plus loin »

L’expérience Viola Desmond a été inaugurée la semaine dernière par le Viola Desmond Legacy Committee, un organisme qui met de l’avant l’héritage de cette grande dame.

Le but de notre organisme est de célébrer la vie de Viola, bien au-delà de son refus de quitter la section du cinéma réservée aux blancs, explique Tara Taylor, membre de l’organisme et propriétaire du salon de coiffure The Braiding Lounge.

C’est un événement important, mais on veut aller plus loin en racontant aux gens qui elle était : une femme d’affaires afro-néo-écossaise qui fabriquait ses propres produits. Elle était également éducatrice.

Une installation artistique extérieure. Une chaise de salon de coiffure est accessible aux passants de la rue. Sur les murs qui entourent la chaise, des murales autocollantes recréent le salon de coiffure de Viola Desmond. Par exemple, un autocollant d’une coiffeuse en train de laver les cheveux à une cliente se trouve sur le mur de droite. Il y a aussi, entre autres, un miroir, des produits de beauté sur une étagère, une plante tropicale.

Le public est invité à s’asseoir sur la chaise du salon de coiffure.

Photo : CBC / Anam Khan

Tara Taylor se dit fière que l’installation artistique se situe juste à côté de son commerce. Le salon de coiffure de Viola Desmond était d'ailleurs lui aussi tout près, jadis.

Le comité a maintenant l’intention de monter une installation artistique similaire sous peu à New Glasgow.

D’après le reportage de Paul Légère et des informations d’Anam KhanCBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...