•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La communauté ukrainienne à Winnipeg observe l’Holodomor

L’Holodomor est observé annuellement, au quatrième samedi du mois de novembre.

L'enseignante Orysysa Petrashyn (à droite) était accompagnée de Mykhhilo Balenko, un étudiant ayant fui l’Ukraine, dans le cadre du Jour commémoratif de la famine et du génocide ukrainiens, l'Holodomor.

L'enseignante Orysysa Petrashyn (à droite) était accompagnée de Mykhhilo Balenko, un étudiant ayant fui l’Ukraine, dans le cadre du Jour commémoratif de la famine et du génocide ukrainiens, l'Holodomor.

Photo : Radio-Canada / Travis Golby

Radio-Canada

Près de 150 Winnipégois se sont rassemblés, samedi après-midi devant l’hôtel de ville, afin de rendre hommage aux 5 millions d’Ukrainiens décédés entre 1932 et 1933, dans le contexte d’Holodomor, reconnu comme un génocide par le Canada.

Au mois de novembre, en 1932, le régime stalinien de l’URSS a provoqué une famine en Ukraine, exportant massivement les productions locales vers l’Occident, et sabotant les récoltes en cours.

Les Ukrainiens soulignent cette journée, établie après leur indépendance de l’Union soviétique en 1991, en plaçant des chandelles aux fenêtres de leurs résidences. 

En 2008, le Canada a adopté la Loi sur le Jour commémoratif de la famine et du génocide ukrainiens (« l’Holodomor ») (Nouvelle fenêtre), qui reconnaît cet événement comme un acte génocidaire. 

Ukrainienne installée à Winnipeg, l’enseignante Orysysa Petrashyn a participé à ce Jour commémoratif de la famine et du génocide ukrainiens, affirmant que les Ukrainiens souffrent à nouveau dans leur pays natal depuis l’invasion russe en février.

« Nous sommes ici pour honorer leur mémoire, et nous prions pour notre pays parce que la guerre en Ukraine est misérable et que notre peuple souffre. »

— Une citation de  Orysysa Petrashyn, enseignante

Orysysa Petrashyn était accompagnée d’un étudiant ayant fui l’Ukraine. Mykhhilo Balenko est arrivé à Winnipeg avec ses parents il y a près de deux mois. En plus de son intégration scolaire, Mykhhilo Balenko se rapproche également de la diaspora ukrainienne.

« Je respecte vraiment le fait que vous observez cette Journée, afin de garder un souvenir de cette tragédie. »

— Une citation de  Mykhhilo Balenko, étudiant d’origine ukrainienne

Tactiques parallèles

La présidente de la branche manitobaine du Congrès des Ukrainiens canadiens, Joanne Lewandosky, affirme que le régime stalinien a tenté d’écraser le peuple ukrainien en utilisant la nourriture comme arme de guerre. 

Mme Lewandosky ajoute qu’il y a un parallèle à faire avec la guerre en Ukraine aujourd’hui.

Par voie de communiqué, le ministère des Affaires étrangères ukrainien a accusé Moscou d’adopter les tactiques meurtrières des années 30.

Joanne Lewandosky exprime sa reconnaissance envers le soutien reçu par le Canada depuis le début de la crise.

Nous sommes tellement ravis de pouvoir accueillir ces gens, de les aider à trouver un nouveau chez-soi dans un endroit où il y a de la démocratie, la paix et de l’entraide.

Des services commémoratifs auront lieu dimanche dans les paroisses ukrainiennes au Manitoba.

Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...