•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À Edmonton, une foule se rend à la commémoration de l’Holodomor

Des fleurs ont été déposées aux pieds du monument commémoratif de l'Holodomor à l'Hôtel de Ville d'Edmonton.

Des fleurs ont été déposées aux pieds du monument commémoratif de l'Holodomor à l'hôtel de ville d'Edmonton.

Photo : Radio-Canada / Julien Latraverse

Plus d’une centaine de personnes se sont rassemblées à l’hôtel de ville d'Edmonton pour une cérémonie commémorative de l’Holodomor.

C’était rempli, je ne m’attendais pas à ça, mais c’est compréhensible avec la situation en Ukraine, a indiqué le président de la branche d’Edmonton du Congrès des Ukrainiens canadiens, Yaroslav Broda.

L’Holodomor est une famine délibérée qui a provoqué le décès de quatre millions de personnes en Ukraine. Elle a été mise en place sous le régime soviétique de Joseph Staline entre 1932 et 1933.

Yaroslav Broda établit un parallèle entre ce génocide et le conflit actuel entre la Russie.

Les politiques russes sont ouvertement génocidaires, a-t-il affirmé.

Une prière a eu lieu avec une chorale pour commémorer l'Holodomor.

Une prière a eu lieu avec une chorale pour commémorer l'Holodomor.

Photo : Radio-Canada / Julien Latraverse

Une opinion que partage l’invité d’honneur de la cérémonie, l'analyste Michael Bociurkiw tout juste revenu d'Odessa.

« C'est inquiétant [...] L’histoire se répète : que ce soit le pillage de grains ukrainiens, le blocus pour la nourriture, les tentatives d'éradication de la culture ukrainienne, de sa langue [ou de sa religion]. »

— Une citation de  Michael Bociurkiw, analyste

M. Bociurkiw s’est aussi rendu à Winnipeg, Toronto et Washington dans le cadre des commémorations. Il était important pour lui d’apporter des nouvelles de la guerre aux Ukrainiens canadiens, mais aussi pour leur rappeler l’importance de persévérer.

Ils sont fatigués, et ils sont définitivement craintifs de la situation, explique l'analyste, mais il faut que la communauté [internationale] reste forte et maintienne le cap pour aider l’Ukraine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...