•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Discussions pour rendre les rues de Sherbrooke plus sécuritaires

Une femme déambule dans la rue.

La rencontre de samedi fait suite à des plaintes formulées par des femmes en lien avec la sécurité urbaine à Sherbrooke.

Photo : iStock / monzenmachi

Radio-Canada

Des femmes et des personnes non-binaires ont été invitées à discuter de la sécurité dans les rues de Sherbrooke samedi après-midi. Le Comité d'action femmes et sécurité urbaine (CAFSU) de la Ville souhaite se servir de leurs témoignages pour sécuriser les rues.

Ce partage est organisé dans le cadre d'une recherche menée par le comité en collaboration avec l'Université du Québec à Montréal. L'objectif du projet est d'analyser les perceptions des femmes et des personnes non-binaires quant à la sécurité dans l'espace public.

La première étape qui a été décidée par le CAFSU de la Ville de Sherbrooke, ça a été de faire un portrait du problème pour bien comprendre les enjeux et recueillir des recommandations. C'est vraiment une recherche d'action, dans laquelle on va questionner les participantes sur leur vécu, pour analyser leurs expériences, a fait savoir la responsable de cette recherche, Mélusine Dumerchat.

Les témoignages recueillis permettront au CAFSU d'élaborer des solutions pour prévenir l'insécurité.

On veut demander aux femmes et aux personnes non binaires quels sont les leviers d'action que le comité avec la Ville de Sherbrooke pourrait mettre en œuvre pour améliorer la sécurité dans l'espace public, a ajouté Mme Dumerchat.

C'est à la suite de plaintes concernant la sécurité urbaine, formulées par des femmes et des personnes non binaires, que cette recherche a été mise en branle.

« Des résidentes ont exprimé leur insécurité et rapporté des situations de violence qu'elles ont vécues dans l'espace public. »

— Une citation de  Mélusine Dumerchat, responsable de la recherche

Cette démarche s’inscrit par ailleurs dans le contexte des 12 jours d’action contre les violences faites aux femmes. Pour préserver l'anonymat des participantes, le lieu de la rencontre n'a pas été dévoilé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...