•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un incendie criminel rase le garage d’une élue à Wôlinak

Au moins deux suspects sont dans la mire de la police de Wôlinak.

Des pompiers sur les lieux de l'incendie.

Les pompiers sont intervenus tôt samedi pour éteindre le feu qui a détruit le garage d'une conseillère de bande à Wôlinak.

Photo : Radio-Canada / Luc Lavigne

Radio-Canada

Le garage de Martine Bergeron Milette, conseillère élue au Conseil des Abénakis de Wôlinak, a été ravagé par les flammes tôt samedi matin. La police de Wôlinak confirme qu'il s'agit d'un acte criminel.

Les pompiers de la Ville de Bécancour ont été appelés vers 5 h samedi pour un feu dans un bâtiment adjacent à une maison sur la rue Leblanc. Trois casernes ont été mobilisées. L’incendie était éteint vers 7 h. La police de Wôlinak poursuit son enquête.

Martine Bergeron Milette croit que l’incendie pourrait être un geste de représailles après qu’elle et deux autres conseillers ont voté mardi pour la suspension avec solde du directeur général du Conseil des Abénakis de Wôlinak.

Selon moi, c'est à la suite des tensions en politique au Conseil des Abénakis de Wôlinak, à la suite de la suspension de Dave Bernard. Il y a eu un rassemblement qui s'est fait hier au Conseil des Abénakis pour le soutien du directeur général [Dave Bernard], avance la conseillère visée par l'incendie.

« Je suis dévastée par ce qu'ils peuvent faire aux humains. C'est dégueulasse. »

— Une citation de  Martine Bergeron Milette, conseillère, Conseil des Abénakis de Wôlinak

Rencontré sur les lieux du crime, le conseiller Stéphane Landry, qui fait partie des élus ayant voté en faveur de la suspension du DG, ne souhaite pas s'avancer sur un lien potentiel entre l'incendie et le vote survenu plus tôt cette semaine.

La conseillère [Bergeron Milette] est sous le choc [...] Sa famille doit se reloger ce soir. Son conjoint et elle ont une entreprise. Ils ont perdu énormément d'équipements. Ils ont une entreprise de déneigement. On est en pleine saison hivernale. Ils ont des contrats à respecter. Bref, rien de simple, a-t-il commenté au sujet de sa collègue élue.

« Les gens qui ont fait ça, ce sont des lâches. Clairement des lâches. »

— Une citation de  Stéphane Landry, conseiller, Conseil des Abénakis de Wôlinak

Une question de bannissement, dit le chef

Dégoûté par l'acte criminel commis dans sa communauté, le chef du Conseil des Abénakis de Wôlinak Michel Bernard parle d'un geste aberrant et immonde.

« Si c'est une personne qui habite la communauté, elle va être bannie à vie. »

— Une citation de  Michel Bernard, chef, Conseil des Abénakis de Wôlinak

Le chef se désole que le rassemblement de vendredi soir puisse avoir mené une ou des personnes à commettre un acte criminel. Il se fait toutefois circonspect sur le potentiel lien entre cet événement et l'incendie, préférant attendre les développements de l'enquête policière.

Avec les informations d'Hélène Lequitte

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...