•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des municipalités de la vallée de la Bow craignent l’abandon de services aux victimes

Une affiche marque l'entrée du poste du détachement de la Gendarmerie royale du Canada de Banff, en Alberta.

Le plan de la province prévoit un redécoupage du volet administratif des services aux victimes pour l'arrimer à celui des districts de la Gendarmerie royale du Canada.

Photo : Radio-Canada / Helen Pike

Radio-Canada

Un groupe de municipalités de la vallée de la Bow s’oppose aux modifications proposées aux services aux victimes de l’Alberta par le ministre provincial de la Justice, Tyler Shandro.

Dans une lettre envoyée au ministre, Canmore, Banff, le district municipal de Bighorn et le district d’amélioration no 9 lui demandent de surseoir à la mise en place du nouveau modèle annoncé en juillet. Ces municipalités disent craindre que des victimes soient délaissées en marge de la réforme.

Le projet annoncé par Tyler Shandro prévoit la dissolution des 62 centres de service afin de créer 4 conseils liés au découpage des districts de la Gendarmerie royale du Canada, de même que l’utilisation exclusive des fonds consacrés au programme pour aider les victimes d’actes criminels.

Ce dernier point fait sourciller les municipalités de la vallée parce que, selon elles, les victimes d’actes criminels ne sont pas les seules à avoir recours aux services aux victimes.

Selon le directeur général des Services aux victimes de la vallée de la Bow, Peter Quinn, des 4000 personnes soutenues par son association de 2015 à 2020, 2400 étaient des victimes de traumatismes qui n’étaient pas nécessairement liés à des crimes.

Nous sommes dans les montagnes, explique la mairesse de Banff, Corrie DiManno. Il y a des morts subites associées à la vie en montagne [et] nous sommes là pour nous assurer que du soutien est en place pour leurs proches, ajoute-t-elle.

Des changements purement administratifs, dit la province

Selon le gouvernement provincial, le changement à la structure n’affectera pas le travail de terrain.

Le mandat des services aux victimes n’a pas changé, soutient Alexander Thompson, le directeur à la justice communautaire et aux services intégrés du ministère de la Justice. Il n’y a aucune raison de croire que les Albertains feront face à une réduction de services par rapport à ce qu’ils reçoivent en ce moment.

L’absence d’altération du niveau de service promis par la province ne se fera toutefois pas sans heurt sur le terrain, puisque la dissolution des points de service actuels forcera leurs employés à postuler de nouveau afin de récupérer leurs emplois.

Cela nourrit l’inquiétude des municipalités, note Peter Quinn, entre autres parce que les descriptions de tâches des nouveaux postes n’ont toujours pas été affichées.

Les élus de Canmore et de Banff s’inquiètent également de voir une centralisation des services au détriment des régions. Banff risque de devoir faire affaire avec des gens qui ne comprennent pas les besoins [de sa population], mais qui doivent fournir des services, ajoute la mairesse DiManno.

Le maire de Canmore, Sean Krausert, a d’ailleurs fait entendre sa voix en faisant adopter une résolution demandant l’arrêt de la réforme lors du dernier Congrès des municipalités de l’Alberta.

Avec les informations de Helen Pike

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...