•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CISSS-AT signale une hausse significative des cas de COVID-19 et d’influenza

Des piétons marchent dans la neige devant l'Hôpital de Rouyn-Noranda.

Selon le bilan diffusé vendredi, 23 personnes sont hospitalisées en Abitibi-Témiscamingue en raison de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Radio-Canada

Selon le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT), la situation épidémiologique de la COVID-19 en région invite à la prudence. Une augmentation de la présence d’influenza et d’autres virus respiratoires est aussi soulignée. 

Pour la période du 18 au 24 novembre, 166 nouveaux cas de COVID-19 ont été déclarés par les laboratoires. Par ailleurs, selon le bilan diffusé vendredi par le CISSS-AT, 23 personnes ayant été confirmées positives à la COVID-19 sont hospitalisées et l’une d’entre elles est aux soins intensifs.

Cinq éclosions sont en cours dans les milieux de soins et d’hébergement de la région, alors que 54 employés ou médecins sont absents en lien avec la COVID-19.

23 décès sont à signaler depuis le 29 mai 2022 en Abitibi-Témiscamingue.

Des recommandations pour les virus respiratoires

Selon le CISSS-AT, la circulation des différents virus respiratoires met une grande pression sur le réseau de la santé, en plus de pouvoir engendrer des complications chez les personnes plus vulnérables, notamment les enfants, qui sont particulièrement touchés à l’heure actuelle.

La Santé publique recommande ainsi dès maintenant le port du masque dans tous les lieux achalandés, sauf dans les écoles. Le lavage des mains est également suggéré afin de se protéger des virus tels que l’influenza.

Le CISSS-AT rappelle aussi qu’il est essentiel pour toute personne qui présente des symptômes d’infection respiratoire de rester à la maison jusqu’à ce que la fièvre s’arrête et de porter un masque en présence de symptômes tels que la toux, le mal de gorge ou la congestion nasale.

Finalement, il est recommandé de mieux protéger les enfants de moins de trois mois en évitant de réunir trop de gens à la fois près d’eux, pour ne pas les exposer aux virus qui circulent actuellement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...