•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vendredi fou : une pression supplémentaire pour les petites entreprises

des vêtements sur des ceintres en vente

Dans un monde idéal, il n'y aurait pas de Vendredi fou à la boutique Marie-Josée, mais comme tous les autres commerces offrent des soldes, elle n'a pas le choix d'embarquer dans la vague.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le magasinage des Fêtes a débuté officieusement avec le fameux Vendredi fou. La majorité des commerçants affichent plusieurs gros rabais, mais pour les petites entreprises locales, cette journée de soldes entraîne son lot de défis.

Pour plusieurs propriétaires de boutiques, cette journée amène une pression qui les oblige à mettre eux aussi des rabais sur leurs produits. C’est notamment le cas d'Émilie Gauthier, la propriétaire de la boutique Marie-Soleil sur la rue Racine au centre-ville de Chicoutimi. Pour elle, cette journée la force à mettre en solde la plupart de ses vêtements, mais à moins grand pourcentage que les grandes chaînes.

La saison achève, mais étant donné que partout, on offre d'énormes rabais et que les gens ont juste à se tourner vers Internet ou à se tourner vers les chaînes pour aller chercher les rabais, on n’a pas le choix d’aller les chercher, explique Émilie Gauthier.

une propriétaire de boutique

Émilie Gauthier est la propriétaire de la boutique Marie-Josée à Arvida et la boutique Marie-Soleil à Chicoutimi. Elle demande aux clients d'être plus compréhensif à l'égard des petites entreprises lors des grandes ventes du vendredi fou.

Photo : Radio-Canada

Concurrencer les géants

Même son de cloche du côté de La Réserve Zéro Déchet, un commerce écoresponsable situé à Arvida, qui n’a pas les moyens d’offrir des rabais au même titre que les grandes chaînes.

La propriétaire, Vanessa Gauthier, a tout simplement décidé de ne pas faire de soldes du Vendredi fou cette année. En tant que petite entreprise, il est impossible pour elle de faire des rabais qui peuvent concurrencer les grands commerçants. De plus, comme son entreprise est écoresponsable, la surconsommation qui est prônée par cette journée va à l'encontre de ses valeurs.

une boutique zéro-déchet

Cette année, La Réserve Zéro Déchet n'offre pas de rabais du Vendredi fou. Dans ce commerce, les produits sont tous locaux ou québécois. Il est donc plus difficile d'offrir des prix concurrentiels à ceux des grandes surfaces.

Photo : Radio-Canada

C’est sûr que pour nous le Vendredi fou, c’est un peu un non-sens. [...] C’est sur que ça incite à surconsommer. De toute façon, pour la période des Fêtes, on a tendance aussi à surconsommer. Par contre, le pouvoir que les gens ont, c’est de choisir où ils achètent , croit la propriétaire Vanessa Gauthier.

Chaque année, le Vendredi fou marque le début des achats du temps des Fêtes avec l’introduction de nombreux rabais. À l’origine une tradition américaine, cette journée de vente, qui a traversé les frontières, se déroule le lendemain de l'Action de grâces aux États-Unis.

D'après un reportage de Béatrice Rooney

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...