•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fruit d’Or se lance dans un projet de près de 50 M$ au Centre-du-Québec

Martin Le Moine parle dans un micro.

Martin Le Moine est le président de Fruit d'Or.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Radio-Canada

Fruit d’Or, une entreprise de transformation de petits fruits, compte réaliser un vaste projet de 46,5 millions $ dans ses usines de Plessisville et de Villeroy, au Centre-du-Québec.

L’entreprise souhaite agrandir ses installations afin d’augmenter sa production et d'automatiser certains systèmes. Elle souhaite également réduire son empreinte environnementale.

Cet investissement de 47 M$ sur trois ans va nous permettre de nous concentrer sur deux axes principaux, l'automatisation de plusieurs procédés dans nos usines et la poursuite de nos efforts pour ce qui est de la consommation d’énergie et de la réduction des émissions de GES. Pour nous, c’est important. Il va y avoir le volet, aussi, de la consommation d’eau, souligne le président de Fruit d'Or, Martin Le Moine.

Fruit d’Or emploie environ 400 personnes dans ses usines de Villeroy, Plessisville et Dolbeau-Mistassini. Elle transforme des canneberges et des bleuets sauvages, qu’elle exporte dans une cinquantaine de pays. Aucun emploi supplémentaire ne sera créé dans le cadre du projet d'agrandissement, qui sera réalisé au cours des trois prochaines années.

Pour aider l'entreprise dans ce virage, le gouvernement du Québec lui octroie un prêt sans intérêt d’un peu plus de 15 millions $. L'annonce a été faite vendredi à Plessisville, en présence du ministre délégué à l’Économie, Christopher Skeete, du ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne, ainsi que du député d’Arthabaska et whip en chef du gouvernement, Éric Lefebvre.

Fruit d’Or, c’est un réseau de vente dans 59 pays du monde. C’est près de 40 % de la canneberge produite au Québec qui est transformée dans nos usines, a souligné ce dernier.

« Compétitivité, investissement, ça ne peut faire autrement qu’être une solution gagnante pour l’entreprise, les salariés, les communautés. »

— Une citation de  André Lamontagne, ministre de l'Agriculture du Québec

Avec les informations de Jean-François Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...