•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ceinture de verdure : le NPD demande à la vérificatrice générale d’enquêter

Une enseigne au bord d'une route dans une zone boisée.

Le NPD demande notamment une enquête sur les conséquences économiques et environnementales de ce projet.

Photo : The Greenbelt Foundation

Radio-Canada

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) demande à la vérificatrice générale de l’Ontario, Bonnie Lysyk, d’enquêter sur le projet du gouvernement provincial d’ouvrir quelques sections de la ceinture de verdure à des projets immobiliers.

Dans une lettre envoyée à la vérificatrice générale, la députée néo-démocrate de Davenport, Marit Stiles, réclame un audit pour évaluer les avantages que pourraient tirer les propriétaires si leur maison était retirée de la ceinture de verdure, et si ce transfert de richesse est dans l’intérêt public.

Mme Stile demande également une enquête sur les conséquences économiques et environnementales que ce projet pourrait avoir.

Le NPD demande enfin à ce que l’enquête se penche sur les éventuels conflits d’intérêts dans ce projet, en signalant toute preuve d’inconduite aux autorités compétentes.

Plus tôt ce mois-ci, le gouvernement a proposé de supprimer 7400 acres de terrain de la ceinture de verdure, une zone créée pour protéger les terres écosensibles du développement, afin d'y construire au moins 50 000 nouvelles maisons pour résoudre la crise de la pénurie de logements de l’Ontario.

Le NPD rappelle que le gouvernement a également proposé l’abrogation de la protection de la réserve agricole de Duffins-Rouge à Pickering, qui supprimerait la protection de 4500 acres de terres agricoles.

Selon l’opposition, cela déplacerait instantanément d'immenses richesses vers les propriétaires fonciers, avant même qu'une seule maison ne soit construite.

Le retrait des terres de la ceinture de verdure a également plusieurs conséquences environnementales importantes à long terme, déplore la députée Marit Stiles qui pointe du doigt les menaces qui pèsent sur l'intégrité des ressources naturelles et agricoles.

L'année dernière, le gouvernement provincial avait déclaré qu’il n'ouvrirait pas les terres de la ceinture de verdure au développement urbain. Une promesse non tenue, à cause de l’aggravation de la crise du logement dans la province, se défend-il.

Nous avons une crise du logement que nous n'avions pas il y a quatre ans, a déclaré Doug Ford lors d'une conférence de presse plus tôt ce mois-ci. Nous allons nous assurer de faire construire des logements.

Plusieurs organisations, notamment des environnementalistes, des syndicats et des militants pour des logements abordables, ont publié une lettre contre le projet du gouvernement ontarien.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...