•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maintien de la GRC à Surrey nécessitera un recrutement important, selon un rapport

Une voiture de police de Surrey devant un édifice en verre.

La nouvelle mairesse de Surrey, Brenda Locke, a promis de mettre fin à la transition vers un corps de police indépendant dans cette banlieue de Vancouver.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un rapport portant sur le maintien de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à Surrey, préparé par la Ville à la demande du conseil municipal, indique que la force policière devra embaucher plus de 160 agents, si la transition vers un service de police municipale est interrompue.

Dans ce document, dévoilé vendredi en prévision d’audiences publiques qui auront lieu lundi, on apprend que la GRC peut compter sur 573 membres.

De son côté, le Service de police de Surrey (SPS), créé sous la précédente administration dirigée par le maire Doug McCallum, compte 168 policiers, qui travaillent toujours en ce moment sous la direction de la police fédérale.

La nouvelle mairesse de la deuxième des villes les plus peuplées de la Colombie-Britannique, Brenda Locke, a promis lors de la récente campagne électorale qu’elle mettrait fin au SPS et garderait la GRC à Surrey, notamment pour des raisons de coûts.

Or, les besoins en matière de maintien de l’ordre dans la ville exigent la présence de 734 policiers, indique la Ville.

La GRC aura besoin d’approximativement 161 membres pour compenser les effectifs du SPS, affirme le rapport. Cela sera accompli par plusieurs processus de recrutement et de licenciement.

Un recrutement difficile?

Le recrutement de cadets de la GRC et l’embauche d’une partie des policiers du SPS seront nécessaires pour pourvoir ces postes, selon ce document. Cela pourrait constituer un défi, le syndicat qui représente les policiers municipaux affirmant que 94 % d’entre eux n’ont aucune intention de rejoindre les équipes de la GRC.

La Municipalité ne fournit pas d’estimation de coûts en cas d’interruption de la transition. Elle note cependant que, pour l’instant, sur les 195 millions de dollars alloués par Surrey au maintien de l’ordre, 97 millions vont au contrat conclu avec la GRC, comparativement à 72,5 millions alloués au SPS.

Le conseil municipal aura à se prononcer sur ce rapport d’ici le 12 décembre. Un vote en faveur de son adoption mènerait à son renvoi au ministre de la Sécurité publique de la province, Mike Farnworth, à qui reviendra la décision finale dans ce dossier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...