•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

OC Transpo se prépare pour l’hiver

Le train léger, photographié par un drone.

En 2023, « il sera encore plus efficace que les autres années », assure Renée Amilcar. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Radio-Canada

Alors que l'hiver approche à grands pas, OC Transpo se prépare. Le train léger sera prêt « plus que jamais », promet sa directrice générale, Renée Amilcar. Deux projets pilotes ont été annoncés pour répondre aux besoins des utilisateurs.

Celle qui est en poste depuis plus d’un an est bien consciente de la feuille de route pas toujours reluisante du train léger. Elle a assuré que le transporteur a appris des mésaventures du passé pour améliorer le service de cette année.

Pour les grosses tempêtes de neige, on va revoir l’horaire de service. On va offrir moins de services, mais il sera plus fiable et plus constant.

À titre d’exemple, Renée Amilcar a rappelé que l’an dernier, le 17 janvier, il y a eu 48 centimètres de neige et que le train a fonctionné toute la journée.

Une femme porte des lunettes et sourit à la caméra.

Renée Amilcar est la première femme à occuper les fonctions de DG de façon permanente à OC Transpo. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

En 2023, il sera encore plus efficace que les autres années, assure-t-elle. Tout est là. Tout est prêt. S’il y a du verglas, on va faire rouler un train toute la nuit pour s’assurer que tout soit conforme, a-t-elle dit dans un élan de confiance.

Le service d’autobus de remplacement R1 sera utilisé pour remplacer un train dans l’éventualité où il ne fonctionne pas.

Tout a été fait de façon minutieuse. On aura des équipes pour déneiger [...] C’est bien rodé. On continue de s’adapter, parce que les tempêtes nous réservent toujours des surprises.

Deux projets pilotes cet hiver

Dans une note envoyée au maire et aux membres du conseil, jeudi, Mme Amilcar a annoncé que deux nouveaux projets pilotes seront lancés cet hiver, afin d’améliorer l’expérience du transport en commun pour les clients d’OC Transpo.

Ainsi, le programme Vélo-bus restera en place tout au long de l’année.

Le chauffeur masqué derrière les portes de son autobus.

OC Transpo va lancer deux projets pilotes cet hiver. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Andrew Lee

Par ailleurs, les horaires des autobus seront revus pendant les fortes tempêtes, par exemple en cas de chutes de 31 cm ou plus de neige ou dans d’autres circonstances extrêmes.

Si une telle situation se produit un jour de semaine, le service d’autobus suivra l’horaire du samedi, avec un service limité tôt le matin et l’ajout de circuits en vigueur la semaine seulement. La plupart des autobus articulés seront remplacés par des autobus de 40 pieds ou à deux étages afin d’améliorer la fiabilité du service.

Les services de Para Transpo et de l’O-Train ne seront en revanche pas modifiés, mais les clients devront tout de même planifier leur trajet et s’attendre à des retards.

Lorsqu’une forte tempête sera prévue le samedi ou le dimanche, l’horaire de fortes tempêtes ne sera pas mis en œuvre, mais certains autobus articulés seront remplacés par des autobus de 40 pieds et des autobus à deux étages pour améliorer la fiabilité du service.

L’achalandage s’améliore, mais…

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, OC Transpo a enregistré une importante baisse d’achalandage en raison du télétravail et des confinements. Ce phénomène s’est fait sentir partout à travers le monde.

Toutefois, selon Renée Amilcar, la situation s’améliore. On a quand même eu un bon niveau d’achalandage. On est environ à 63 %, si on compare avec 2019. On s’approche, explique celle qui espère le retour des fonctionnaires fédéraux au bureau, puisque cela se traduirait assurément par un achalandage rehaussé.

Du point de vue de Laura Shantz, une membre du Groupe des usagers de transport en commun d'Ottawa, ce regain de confiance envers le réseau de transport en commun de la Ville s’explique en partie par les conclusions tirées de la Commission sur le réseau de train léger sur rail d'Ottawa.

Une femme pose devant une station de bus.

Laura Shantz est membre du Groupe des usagers de transport en commun d'Ottawa (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-François Poudrier

Elle est d’avis que de voir plus clair sur ce qui a mené aux problèmes du train léger a su rassurer les usagers et leur a permis de comprendre le pourquoi derrière les difficultés du réseau.

Mme Shantz voit d'ailleurs l’arrivée de l’hiver d’un bon œil. Puisqu’il n’y a pas eu de grand problème avec le train cette année, pas de déraillement, elle a bon espoir que les mesures entreprises par OC Transpo vont permettre aux usagers de continuer à utiliser le transport en commun tout au long de la saison hivernale.

Elle reconnaît que certains usagers sont plus frileux à l’idée d’utiliser le train léger en hiver, mais elle est optimiste et croit que tout devrait bien se passer cette année. Je pense qu’il y a de l’espoir pour un bon hiver. On va voir ce qui va se passer et j’espère que ça va être mieux que les dernières années, partage-t-elle.

Pour les autobus, il y a aussi les problèmes des retards, des annulations, les autobus qui sont coincés dans la neige, qui sont incapables de monter les collines... Il y a toujours des gens qui ont des soucis de ça, rappelle-t-elle toutefois.

Par ailleurs, le déneigement doit être prioritaire à la Ville, à son avis, puisqu’il s’agit d’une question d’accessibilité pour les usagers.

Avec les informations de Frédéric Pepin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...