•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La C.-B. est dans une meilleure position financière que prévu en raison de causes externes

Des billets de 50$ avec un crayon et une calculatrice.

Une modification des données effectuée par l'Agence de revenu du Canada aux données sur le revenu des Canadiens a eu un impact important sur la part d'impôts de la Colombie-Britannique.

Photo : getty images/istockphoto / Osarieme Eweka

Les revenus de la Colombie-Britannique pour son exercice financier de 2022/2023 seront plus importants que prévu, ce qui permet à la province de prévoir un excédent net d'exploitation de 5,7 milliards de dollars, au deuxième trimestre, plutôt que les 700 millions annoncés a la fin du premier trimestre, dit la ministre des Finances, Selina Robinson.

Elle en a fait l'annonce lors de la présentation de son deuxième rapport trimestriel pour l'année financière en cours.

Cette augmentation de 5 milliards est due avant tout à une mise à jour des données sur le revenu apportée par l'Agence du revenu du Canada pour la Colombie-Britannique et pour le reste du Canada qui va bien au-delà de ce que nous avions prévu quand nous avons préparé le budget, explique la ministre Robinson.

Selon ce deuxième rapport trimestriel, la reprise économique de la province est plus rapide que ce qui avait été prévu par les économistes publics ou privés souligne aussi la ministre. Cela vient également aider la position fiscale de la province.

Victoria a également dépensé 1,1 milliard de moins que prévu pour les négociations des conventions collectives de ses employés.

La ministre Robinson affirme que c'est cette forte position fiscale qui permet à la province d'annoncer des mesures pour aider les Britanno-Colombiens à répondre à l'augmentation du coût de la vie.

Depuis l'arrivée de David Eby au pouvoir, la province a, entre autres, annoncé un crédit ponctuel sur les factures d'électricité des Britanno-Colombiens ainsi qu'un crédit pouvant atteindre 410 $ destiné aux personnes qui gagnent moins de 79 376 $ par année et aux familles de quatre dont le revenu annuel est inférieur à 150 051 $.

Une femme aux cheveux courts et gris parle au podium.

La ministre des Finances de la Colombie-Britannique, Selina Robinson, a souligné les investissements faits par son gouvernement au cours de la dernière année pour aider les Britanno-Colombiens (archives).

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Des incertitudes

Dans sa présentation, la ministre a affirmé que l'invasion de l'Ukraine par la Russie, les confinements liés à la COVID-19 en Chine et la reprise économique plus rapide que prévu ont eu un impact complexe sur l'économie de la province.

« Le monde était très différent, en janvier 2022, quand nous avons préparé le budget de 2022, et beaucoup de choses ont changé depuis. À ce moment-là, il aurait été impossible de prévoir certains développements. »

— Une citation de  Selina Robinson, ministre des Finances de la Colombie-Britannique

En conclusion, Selina Robinson note que les risques entourant la croissance économique mondiale, la pandémie, l'inflation croissante et la hausse des taux d'intérêt entraînent des incertitudes budgétaires.

Elle ajoute qu'au cours des prochaines semaines, elle rencontrera les experts de la province pour discuter des défis de son économie et des prévisions budgétaires à venir. Le troisième rapport trimestriel comprendra des prévisions économiques et sera présenté en même temps que le budget 2023-2024, le 28 février prochain.

Les libéraux accusent le NPD de faire attendre les Britanno-Colombiens

Le gouvernement néo-démocrate de David Eby se réjouit d’un surplus de 5,7 milliards de dollars alors que les Britanno-Colombiens souffrent de l’augmentation du coût de la vie et des crises du système de santé, du logement et des surdoses, peut-on lire dans une déclaration de l’opposition libérale de Kevin Falcon.

Chaque jour, les Britanno-Colombiens payent le prix, affirme le porte-parole de l’opposition pour les finances, Peter Milobar. Ces chiffres le démontrent avec éloquence, les néo-démocrates n’ont aucune excuse pour ne pas faire les investissements plus que nécessaires dans les secteurs comme la santé, la santé mentale et les dépendances ainsi que pour réduire le coût de la vie.

« Le rapport présenté aujourd’hui prouve que ce n’est par manque d’argent que David Eby et son gouvernement ne répondent pas aux besoins de cette province : c’est un effort calculé pour dorer son image avec des annonces éclatantes prévues à un moment opportun pour ses intérêts personnels et non ceux des Britanno-Colombiens. »

— Une citation de  Peter Milobar, porte-parole de l’opposition libérale pour les finances

Les libéraux demandent au gouvernement néo-démocrate de mettre fin à la taxe de vente sur les voitures usagées de moins de 20 000 $, de suspendre temporairement la taxe sur l’essence, et de geler les salaires de députés provinciaux.

Sonia Furstenau pendant la campagne à Vancouver le 28 septembre 2020.

Sonia Furstenau, chef du Parti, croit que le Parti NDP fait attendre inutilement les Britanno-Colombiens (archives).

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

La cheffe du Parti vert, Sonia Furstenau, abonde dans le même sens. Plutôt que de laisser leur coffre-fort se remplir, le gouvernement du NPD aurait dû investir dans des centres de santé communautaires, le transport en commun, les logements abordables, l’éducation, et augmenter les montants offerts pour les personnes sur l’aide sociale et l’aide pour invalidité, a-t-elle écrit sur Twitter.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...