•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les priorités des femmes au menu de la 44e AGA de la Fédération franco-ténoise

La Maison Bleue.

La maison Laurent Leroux, à Yellowknife, abrite plusieurs organismes franco-ténois, dont les bureaux de la Fédération franco-ténoise.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Un forum citoyen sur les besoins et les enjeux qui touchent les femmes a été au menu de l'Assemblée générale annuelle de la Fédération franco-ténoise (FFT), samedi, à Yellowknife.

Le forum communautaire s'est déroulé en avant-midi.

Selon la directrice générale de la FFT, Audrey Fournier, cette consultation citoyenne faisait suite à une première rencontre informelle menée par l’Alliance des femmes de la francophonie canadienne au mois de septembre. Une douzaine de femmes y ont participé.

Pour le moment, aucune association représentant les intérêts des femmes franco-ténoises n’est membre de l’Alliance des femmes de la francophonie canadienne.

« On sent qu'il y a un intérêt d'en parler et voir ce qui pourrait être fait à l'avenir. Qu'est-ce que les femmes voient comme enjeux principaux aux Territoires du Nord-Ouest? Qu'est-ce qu'elles ont envie de faire? »

— Une citation de  Audrey Fournier, directrice générale, Fédération franco-ténoise

Évaluation de la structure communautaire

Un rapport de la firme PGF consultants sur l’évaluation de la structure communautaire, qui inclut des priorités pour la FFT, a été présenté aux participants de l’AGA.

Cette évaluation s’est penchée sur le mandat de chaque organisme, les améliorations à apporter et les occasions de mettre en commun des ressources.

Certaines des priorités de cette évaluation seront ajoutées au Plan de développement global de la communauté. Ce plan quinquennal, chapeauté par la FFT et qui devait être déposé cet automne, a été mis sur pause par la fédération afin de se donner plus de temps pour bien faire les choses.

« C'est vraiment le plan de développement de toute la communauté. [...] Tout le monde doit y adhérer afin que ça ne devienne pas un document qui ne sert à rien », explique la directrice générale.

Audrey Fournier, à Yellowknife, le 21 novembre 2022.

La directrice générale de la Fédération franco-ténoise, Audrey Fournier.

Photo : Radio-Canada / Julie Plourde

Les priorités qui ont été proposées lors de l’AGA comprenaient, entre autres, le renforcement du rôle de leader et de porte-parole de la FFT, la révision de la membriété et de la structure de gouvernance et le dépôt d’une demande de financement pour continuer le projet du Centre communautaire francophone.

Ce projet de centre communautaire a été temporairement mis de côté, car il manquait certaines informations dans la demande de financement, selon Audrey Fournier. Elle ajoute que le projet avait du potentiel, mais il manquait beaucoup d'informations pour qu’on puisse aller de l’avant avec notre demande. On nous a donc demandé de la retirer.

Ce n'est pas un projet qui est mort dans l'œuf, mais c'est vraiment quelque chose qu'il faut qu'on prenne le temps d'aborder, ajoute-t-elle. Et ça va prendre beaucoup de rétroaction des autres organismes parce qu'ils sont aussi impliqués dans le projet.

Élection du conseil d’administration

Au cours de l'assemblée générale annuelle, des élections ont eu lieu pour pourvoir trois postes au sein du conseil d’administration de la FFT : celui de la présidence, un poste de membre individuel pour Yellowknife et un autre poste de membre individuel pour Inuvik.

Le président sortant, Jean-François Pitre, a été réélu à la tête de la Fédération franco-ténoise. Il avait manifesté son souhait de continuer à siéger au sein du conseil d’administration, afin d’assurer une continuité.

Jean-François Pitre, Marie Christine Aubrey, Kanda Kola et Eugene Gagnon sont debout côte à côte.

De gauche à droite : Jean-François Pitre, le président réélu, Marie Christine Aubrey, Kanda Kola et Eugene Gagnon

Photo : Dominique Poirier

Pour la directrice Audrey Fournier, le recrutement de nouveaux administrateurs au conseil d’administration représente toujours un défi pour la FFT.

« On est à un moment où on se dit que ça nous prendrait plus d'implication, de monde qu'on ne voit pas souvent. [...] Je pense qu'il y a un épuisement de nos bénévoles. Ils sont vraiment impliqués un peu partout. On essaie d'aller dans des poches de la communauté qu'on n'atteint pas généralement, pour susciter un intérêt. »

— Une citation de  Audrey Fournier, directrice générale de la Fédération franco-ténoise

L’assemblée s'est terminée par la remise du Prix Jeanne-Dubé, créé en 1993 pour souligner l’engagement d’une personne bénévole s’étant le plus illustrée dans la communauté francophone en 2021.

D'autres dossiers à surveiller

Outre les priorités qui ont été énoncées lors de l'AGA, la Fédération franco-ténoise a eu les yeux tournés vers d’autres dossiers importants pour la communauté francophone.

La cause de la Commission scolaire francophone des Territoires du Nord-Ouest en Cour Suprême, dont l’audience est prévue le 9 février 2023, retiendra l’attention.

L’impact que peut avoir cette cause est assez majeur, on va suivre ça de près , dit Audrey Fournier. On appuie le travail de la commission scolaire et on leur lève notre chapeau pour la démarche.

L’adoption de la Loi sur les langues officielles des Territoires du Nord-Ouest fait aussi partie des enjeux sur lesquels la FFT va se pencher l'année prochaine.

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...