•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un préposé accusé d’agression sexuelle sur une résidente d’un CHSLD ayant une déficience

La façade du CHSLD avec de la neige au sol.

L'ex-employé du CHSLD Cooke a comparu jeudi matin au palais de justice de Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Radio-Canada

Keaven Dubois, 34 ans, a été accusé jeudi matin d’agression sexuelle ainsi que d’avoir commis des gestes de nature sexuelle avec une résidente du CHSLD Cooke ayant une déficience mentale ou physique.

Il était préposé aux bénéficiaires au moment où les gestes qui lui sont reprochés se seraient produits. Le Trifluvien est donc accusé d’avoir commis ces actions alors qu’il était en situation d’autorité ou de confiance.

Les faits allégués se seraient produits le 22 novembre. Keaven Dubois aurait été pris en flagrant délit. Il a été arrêté le lendemain par la police de Trois-Rivières.

L’homme a été remis en liberté en attendant la suite des procédures. Il devra retourner en cour le 25 janvier 2023.

Le visage de Keaven Dubois dans une cuisine.

Keaven Dubois, 34 ans, fait face à deux chefs d'accusation de nature sexuelle.

Photo : Facebook/Keaven Dubois

Une liste de conditions à respecter

Keaven Dubois est soumis à certaines conditions, telles que ne pas communiquer avec la présumée victime ainsi que tous les membres du personnel du CHSLD Cooke sauf son supérieur immédiat, ne pas se rendre au CHSLD Cooke ou dans tout autre CHSLD, ne pas chercher un emploi qui le placerait en position d’autorité auprès de personnes âgées ou vulnérables et ne pas héberger ou accueillir temporairement chez lui une personne âgée ou vulnérable.

Le CIUSSS MCQ l’a congédié et a offert de l’aide aux membres du personnel à la suite d'une situation inacceptable concernant un abus à l’endroit d’une résidente.

Les deux chefs d’accusation auxquels Keaven Dubois fait face

271 Quiconque commet une agression sexuelle est coupable :

a) soit d’un acte criminel passible d’un emprisonnement maximal de dix ans ou, si le plaignant est âgé de moins de seize ans, d’un emprisonnement maximal de quatorze ans, la peine minimale étant de un an.

153.1 (1) Toute personne qui est en situation d’autorité ou de confiance vis-à-vis d’une personne ayant une déficience mentale ou physique ou à l’égard de laquelle celle-ci est en situation de dépendance et qui, à des fins d’ordre sexuel, engage ou incite la personne handicapée à la toucher, à se toucher ou à toucher un tiers, sans son consentement, directement ou indirectement, avec une partie du corps ou avec un objet est coupable :

a) soit d’un acte criminel passible d’un emprisonnement maximal de cinq ans.

Source : Code criminel du Canada

Avec les informations d'Amélie Desmarais

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.