•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelles normes fédérales de construction pour s’adapter aux changements climatiques

Ottawa publie sa toute première Stratégie nationale d’adaptation, un guide pour orienter les futures actions face aux impacts des changements climatiques.

Image satellite de Fiona.

Cette image satellite fournie par l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique montre la tempête Fiona dans l'océan Atlantique se déplaçant vers le nord (archives).

Photo : Associated Press

Radio-Canada

Deux mois après le passage dévastateur de la tempête Fiona dans les provinces atlantiques, le gouvernement fédéral lance sa toute première stratégie d'adaptation aux changements climatiques. Ottawa investit 1,6 milliard de dollars pour « préparer le Canada à un avenir résilient au changement climatique », a annoncé Bill Blair, ministre de la Protection civile.

L’adaptation consiste à trouver de nouvelles façons de prendre des décisions, de bâtir des collectivités et des entreprises, de se protéger mutuellement et de protéger les lieux que nous valorisons en prévision des impacts de ces changements climatiques, précise le document d'une soixantaine de pages, rendu public jeudi.

Présenté à l'Île-du-Prince-Édouard, une région particulièrement éprouvée par Fiona, ce programme aidera notamment les municipalités et les cantons à financer des infrastructures publiques qui résisteront aux inondations, par exemple, ou encore soutiendra la protection de la nature et de la biodiversité.

Comme les autres provinces atlantiques, cette région insulaire tente de se relever après le passage de Fiona, la tempête qui a frappé la côte atlantique à la fin de septembre et qui a causé des dommages de 660 millions de dollars, selon le Bureau de l’assurance du Canada (BAC).

Cela en fait la tempête la plus coûteuse à avoir frappé la région atlantique.

Les débris d'une maison détruite flottent sur l'eau.

Le gouvernement fédéral s'est engagé à aider financièrement les provinces touchées par l'ouragan Fiona à reconstruire.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Les événements météo violents sont appelés à être de plus en plus fréquents et le gouvernement estime que, d'ici 2030, les catastrophes naturelles entraîneront des pertes qui s'élèveront à 15,4 milliards de dollars chaque année.

« Le climat canadien est en train de changer de façon irréversible. »

— Une citation de  Extrait de la Stratégie nationale d'adaptation du Canada

Ces dernières années, on a vu, et pas seulement au Canada, mais partout dans le monde, une augmentation de fréquence et de la sévérité des événements climatiques, a déclaré Bill Blair en citant les feux de forêt et les inondations survenus ces derniers mois.

Les inondations, précisément, figurent parmi les événements extrêmes les plus coûteux : elles représentent des pertes de 2,9 milliards par année, et ce, uniquement pour les dommages causés aux résidences.

Nouvelles normes de construction

Pour limiter les dommages et pour réduire la facture, de nouvelles normes de construction seront mises en œuvre. Un guide pour rendre les nouveaux bâtiments plus résistants aux inondations et aux feux de forêt sera élaboré. Cette seule mesure permettra de réaliser des économies de l'ordre de 4,7 milliards de dollars par année, selon le gouvernement.

Ottawa espère aussi que la moitié des Canadiens adopteront des mesures pour adapter leur résidence aux risques liés aux changements climatiques d'ici 2025.

Le site historique de La Grave avec de l'eau des deux côtés du village.

La recharge de plage, considérée comme un projet phare d'adaptabilité climatique, n'a pas pu empêcher la montée des eaux, car le site historique de La Grave est aussi bordé par la mer de l'autre côté.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Enfin, d'ici trois ans, le gouvernement vise à verser, dans 65 % des cas, un financement supplémentaire aux provinces qui réclament de l'aide à la suite d'une catastrophe naturelle, le tout pour mettre en œuvre des mesures de préparation, d'intervention et de rétablissement pour faire face aux catastrophes futures.

La nouveauté, c'est que le Canada se positionne comme coordonnateur avec les différents paliers de gouvernements, explique Julien Bourque, associé de recherche à l’Institut canadien pour des choix climatiques, en entrevue à l'émission Midi info.

Ayant lui-même participé à l'élaboration de cette nouvelle stratégie, M. Bourque reconnaît que le financement fédéral aurait pu être plus généreux, mais il s'agit avant tout d'un premier pas, défend-il.

On ne peut pas se baser seulement sur des dollars fédéraux pour répondre à l’urgence climatique en termes d’adaptation, dit l'expert en gestion environnementale. C’est sûr que les autres paliers aussi vont devoir investir, ainsi que le secteur privé [...].

Discussions avec les provinces

En tout, le gouvernement fédéral propose 84 mesures pour améliorer la résilience du Canada par rapport aux changements climatiques.

Le ministre fédéral de l'Environnement, Steven Guilbeault, a mené des consultations dans tout le pays pour établir sa stratégie de résilience face aux changements climatiques, mais le document dévoilé jeudi n'est pas tout à fait au point.

Ainsi, les provinces, les municipalités et les organisations autochtones n'ont pas encore donné leur accord final. Les discussions vont se poursuivre au cours des trois prochains mois pour s'assurer que la stratégie fédérale réponde aux besoins de tous.

Dans sa forme actuelle, le document insiste sur l'implication des Autochtones à plusieurs égards. Il prône notamment l'aide des communautés pour renforcer leurs capacités d’établir davantage d’aires protégées et de conservation autochtones.

Les peuples autochtones et les corps dirigeants autochtones sont des partenaires clés de l’action d’adaptation, peut-on lire dans la stratégie. [...] Ce sont des leaders, qui possèdent une connaissance approfondie des systèmes naturels et une expérience millénaire en tant que gardiens de l’environnement.

La Stratégie préconise, en conclusion, des rapports d'étapes réguliers avec des mises à jour, des suivis et des évaluations constantes sur l'engagement du Canada contre la crise climatique.

Avec les informations de Valérie Gamache

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...