•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ingénieure à la NASA Farah Alibay reçoit un doctorat honorifique de l’UQO

Farah Alibay avec son doctorat honorifique.

L’Université du Québec en Outaouais a remis un doctorat honorifique à Farah Alibay (au centre) le 23 novembre 2022.

Photo : Radio-Canada / Félix Desroches

Radio-Canada

Les diplômés de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) avaient des étoiles dans les yeux mercredi lors de la collation des grades. Il faut dire qu’une invitée d’exception avait fait le déplacement.

Farah Alibay, une ingénieure en aérospatiale à la NASA qui a été propulsée à l’avant-scène après avoir participé à la mission Mars 2020, est venue féliciter les diplômés et recevoir un doctorat honorifique de l’UQO.

Farah Alibay parle lors d'une cérémonie.

Farah Alibay s'est adressée aux diplômés de l'UQO et leur a donné quelques conseils pour la suite de leur parcours.

Photo : Radio-Canada / Felix Desroches

Dans un discours plein d’humour et de traits d’esprit, avec son sens de la communication et de la répartie habituel, la Québécoise de 34 ans s’est dite très émue de recevoir cette distinction.

« Quand j’ai dit à une de mes amies que je recevais un doctorat honoris causa, elle m’a répondu : "Ce n'est pas pour les vieux, ça?" C’est sûr qu’elle plaisantait, mais ça vous montre combien ça me rend humble de recevoir cet honneur-là aujourd’hui. »

— Une citation de  Farah Alibay lors de la remise de son doctorat honorifique de l'UQO

C'est elle qui a volé la vedette aujourd'hui à l'Université du Québec en Outaouais. Farah Alibay est devenue, à 34 ans, la plus jeune récipiendaire d'un doctorat honorifique de l'UQO. L'ingénieure en aérospatiale à la NASA a livré un discours inspirant devant des centaines d'étudiants lors de la collation des grades ce matin. Mathieu Nadon l'a rencontrée après la cérémonie.

L’importance de persévérer

Farah Alibay en a profité pour s’adresser aux étudiants et pour leur donner quelques conseils, notamment sur l’importance de persévérer. En effet, si sa carrière est fulgurante, l'ingénieure est aussi passée par des moments plus difficiles au cours de ses études.

Ma première année d’université, ça a été très dur. Il y a des moments où j’ai voulu quitter, où je me suis demandé : est-ce que j’ai visé trop haut, est-ce que ces rêves sont trop fous? a-t-elle expliqué en entrevue avec Mathieu Nadon au Téléjournal d'Ottawa-Gatineau.

Je suis allée chercher de l’aide, j’ai réessayé et ça a fonctionné, a-t-elle ajouté.

Farah Alibay est debout devant des gens assis qui l'applaudissent.

Farah Alibay a expliqué aux étudiants de l'UQO que même si son parcours semble fulgurant, elle aussi est passée par des obstacles et par des échecs.

Photo : Radio-Canada / Felix Desroches

L’ingénieure en aérospatiale s’est dite très impressionnée par le fait que ces étudiants aient terminé leurs études dans un contexte de pandémie.

Alors que les derniers résultats provinciaux en Ontario montrent une forte baisse des résultats en mathématiques, Farah Alibay avait un message pour ces jeunes qui se sentent peut-être découragés.

La note, ce n'est pas grave : le fait qu’ils aient survécu à tout ça, c’est déjà inimaginable, Je leur dis : "Allez-y, c’est correct, on laisse ça derrière, ça va bien aller", a-t-elle affirmé.

Régine Laurent aussi honorée

Lors de la cérémonie, l’UQO a aussi décerné un doctorat honorifique à Régine Laurent.

Cette Québécoise originaire de Port-au-Prince, en Haïti, a notamment présidé la Commission spéciale sur les droits des enfants et sur la protection de la jeunesse à la demande du premier ministre du Québec, François Legault.

Plus tôt dans sa carrière, elle a également été à la tête de la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec.

Je suis heureuse et émue d’être honorée par l’Université du Québec en Outaouais. Je suis encore plus émue de l’être devant des étudiantes et étudiants de trois disciplines où l’humain est au centre, a affirmé Régine Laurent, qui s’adressait aux diplômés en travail social, en sciences infirmières et en relations industrielles.

Le choix de votre discipline d’études n’est pas innocent. Alors je vous souhaite l’énergie, le courage de tracer votre propre chemin, a-t-elle ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !