•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inatteignable, le bonheur? Arizona O’Neill a posé la question à 12 artistes

Elle pose pour le photographe, et le dessin sur son livre présente une personne entourée par des huîtres ouvertes.

Arizona O'Neill s'interroge sur le bonheur dans sa nouvelle bande dessinée romanesque.

Photo : Justine Latour

Radio-Canada

Le bonheur est-il une quête impossible? Dans sa nouvelle bande dessinée romanesque, Est-ce qu’un artiste peut être heureux?, l’illustratrice et autrice Arizona O’Neill va à la rencontre de 12 artistes, dont Klô Pelgag, Hubert Lenoir et Patrick Watson, afin de comprendre leur rapport à la joie et au bien-être.

J’ai toujours trouvé que les artistes connaissaient bien les émotions, car ils doivent les mettre dans leur travail et les transmettre aux gens, explique Arizona O’Neill. Je trouve qu'à cause de ça, les artistes ont des choses vraiment intéressantes à dire sur le bonheur.

Pour son œuvre, l’autrice bilingue a discuté avec des artistes francophones et anglophones dont elle connaît bien le travail. Elle a ensuite librement illustré ses entretiens dans de courtes bandes dessinées où le réel rencontre l’imaginaire.

Dans le livre, Hubert Lenoir se retrouve donc à Québec, sa ville de naissance, même si Arizona O’Neill n’y a pas mis les pieds depuis des années. C’est d’ailleurs pourquoi le turbulent chanteur est la plupart du temps dans les lieux touristiques de la capitale, clin d'œil aux dernières visites de l’illustratrice.

Toutefois, la poète Daphné B. et elle sont bel et bien allées faire une brassée de lavage ensemble, le temps d’une discussion sur le bonheur – et sur la couleur du bébé de Grimes.

Le bonheur dans les choses simples

Le bonheur, ce sont les huîtres. Du moins, c’est ce que pense Klô Pelgag, qui a eu droit à l’illustration sur la couverture du livre.

J’ai vraiment aimé cette réponse, car c’est la plus simple, remarque Arizona O’Neill. Je pense que ce sont vraiment des choses du quotidien qui apportent de la joie, qui nous rendent heureux, qui sont les plus importantes.

Après avoir terminé son livre, l’autrice estime que le meilleur conseil qu’elle peut offrir aux lecteurs et aux lectrices est d’oublier la notion du bonheur et de se concentrer sur l’instant présent et les plaisirs du quotidien.

Elle cite Mirion Malle, une des artistes avec qui elle a discuté : Le bonheur, c'est de ressentir plein d’émotions qui ne sont pas forcément joyeuses. Puis, l’illustratrice MissMe : C'est un sentiment de satisfaction de vivre dans le présent.

Le bonheur constant, c’est vraiment difficile à atteindre, estime Arizona O’Neill. Laissez-vous vivre sans la pression du bonheur.

Donc non, les artistes ne peuvent pas être réellement heureux, selon elle. Parce que je pense que le mot "heureux" est trop grand, et je pense que c’est une construction sociale qui n’existe pas. Un artiste ne peut pas être heureux, parce qu’on est juste humain, conclut-elle.

La bande dessinée romanesque Est-ce qu’un artiste peut être heureux?, d’Arizona O’Neill, est en librairie depuis le 21 novembre. Elle propose des entretiens illustrés avec Klô Pelgag, Julie Doucet, Hubert Lenoir, Miss Me, Patrick Watson, Chloé Savoie-Bernard, Walter Scott, Laurence Philomène, Mirion Malle, Pascal Girard, Daphné B ainsi que sa mère, Heather O’Neill.

Ce texte a été écrit à partir d’une entrevue réalisée par Eugénie Lépine-Blondeau, chroniqueuse culturelle à l’émission Tout un matin. Les propos ont pu être édités à des fins de clarté ou de concision.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !