•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un policier de Toronto plaide coupable de plusieurs accusations d’inconduite graves

L'agent Douglas Holmes a été reconnu coupable en 2019 d'une agression ayant causé des blessures à un cycliste.

L'écusson de la police de Toronto en gros plan devant l'entrée de son quartier général.

Après de nombreux reports, l'agent Douglas Holmes a été traduit lundi devant un tribunal disciplinaire de police, où il a plaidé coupable de huit accusations d'insubordination et de conduite déshonorante.

Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

Un policier de Toronto a plaidé coupable, lundi, de huit accusations de conduite déshonorante et d'insubordination devant un tribunal administratif relativement à son comportement sur la voie publique et à ses relations avec ses collègues de travail.

L'agent Douglas Holmes qui est en arrêt de travail possède un casier judiciaire après avoir été reconnu coupable de voies de fait ayant causé des blessures.

L'acte d'accusation de son service montre que son attitude a commencé à s'aggraver à partir de ce moment-là.

Un acte d'accusation éparpillé sur un bureau.

L'acte d'accusation déposé contre l'agent Douglas Holmes du Service de police de Toronto comporte 25 pages.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Nadeau

L'audience disciplinaire de l'agent Douglas Holmes s'est tenue lundi, mais la défense avait demandé à ce que les accusations ne soient pas lues en public, ce qui avait forcé Radio-Canada à solliciter l'acte d'accusation auprès du Service de police de Toronto.

Le policier, qui n'était pas présent à son audience, était représenté par son avocat.

Affrontement avec un cycliste

La première accusation concerne une agression contre un cycliste le 10 octobre 2017 au centre-ville de Toronto et pour laquelle l'agent Holmes a été jugé et condamné au terme d'un procès criminel.

Le policier avait plaqué au sol par-derrière, le visage contre la chaussée, le cycliste Oliver Santiago, lui causant des blessures. Il a dû recevoir un traitement à l'hôpital pour une clavicule et un gros orteil cassés.

À l'époque, M. Santiago avait brûlé un feu rouge à vélo lors d'une manifestation à Harbourfront et il avait refusé de montrer ses papiers d'identité au policier, qui l'avait alors arrêté.

Un logo rond.

L’Unité des enquêtes spéciales est un organisme civil qui enquête lorsqu'un citoyen est blessé ou tué par un policier en Ontario.

Photo : Unité des enquêtes spéciales

L'acte d'accusation montre que le policier a projeté le cycliste au sol au moment où il lui passait les menottes.

M. Santiago avait porté plainte devant le Bureau du directeur indépendant de l’examen de la police. L'Unité des enquêtes spéciales avait alors ouvert une enquête et déposé des accusations criminelles contre le policier.

L'agent Holmes avait été reconnu coupable de voies de fait ayant causé des blessures à l'issue de son procès en février 2019. Il avait été condamné à une peine avec sursis et à un an de probation.

Devant le tribunal disciplinaire, son avocat David Butt n'a pas hésité à déclarer que son client plaidait coupable de l'accusation d'inconduite professionnelle inhérente au verdict de culpabilité prononcé à son procès.

Un ruban jaune de scène de crime devant une autopatrouille.

L'agent Holmes a subi en 2019 un procès pour voies de fait ayant causé des blessures à l'issue duquel il a été reconnu coupable.

Photo : La Presse canadienne / Graeme Roy

L'agent Holmes a ensuite plaidé coupable de quatre accusations de conduite déshonorante et d'insubordination relativement à des courriels et des messages textes impolis, insultants et méprisants, qu'il a envoyés à un supérieur, un commandant du service et deux collègues en décembre 2021 alors qu'il était en congé de maladie.

Il a enfin plaidé coupable de trois autres accusations de conduite déshonorante et d'insubordination pour deux courriels et un message texte inappropriés et insultants qu'il a transmis, cette fois en mars 2022, à l'un des superviseurs des normes et pratiques professionnelles de son service, un collègue et un policier retraité.

Altercation avec un deuxième cycliste

L'agent Holmes a en revanche plaidé non coupable d'une accusation d'inconduite professionnelle relativement à un autre événement qui s'est produit le 29 août 2018.

Son employeur lui reproche d'avoir proféré des insultes et tenu des propos grossiers à un autre cycliste sur la rue Simcoe au centre-ville.

Guriqbal Chouhan circulait à vélo dans le mauvais sens lorsqu'il a été accosté par l'agent Holmes dans sa Corvette noire.

Des documents de cour.

La transcription du témoignage de Guriqbal Chouhan devant le tribunal administratif de police daté du 11 janvier 2022.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Nadeau

Le policier, qui n'était pas en service, lui aurait demandé de descendre de sa bicyclette pour lui parler après avoir failli le heurter avec son véhicule.

L'agent l'aurait alors insulté en disant que les milléniaux étaient une génération d'idiots. M. Chouhan l'aurait alors traité d'enfoiré. Un piéton avait appelé le 911 à cause de la violence de l'échange verbal.

Il est écrit dans l'acte d'accusation que l'agent Holmes avait l'obligation et la responsabilité de contrôler ses émotions et d'utiliser les méthodes de désescalade de la violence en pareilles circonstances.

Le policier devra retourner devant le tribunal administratif de son service en janvier pour connaître la date des prochaines étapes à suivre dans son dossier.

Collision au volant d'une voiture

L'agent Holmes n'est toutefois pas au bout de ses peines, puisqu'il devra répondre à trois nouvelles accusations, dont une qui concerne une collision avec le véhicule d'un citoyen le 7 septembre 2021 à Scarborough.

Ce jour-là, l'agent qui n'était pas en service a usé de son klaxon pour signaler au conducteur devant lui d'avancer alors que ce dernier était en train de donner de l'argent à un mendiant sur le trottoir.

En suivant le conducteur après l'intersection, le policier est entré en collision avec la voiture du bon Samaritain.

Un véhicule de la police de Toronto.

La collision entre la voiture de l'agent Holmes et celle d'un Torontois en septembre 2021 a fait l'objet d'une enquête policière du poste 33 de Scarborough.

Photo : CBC/Robert Krbavac

En sortant de son véhicule, le policier aurait alors eu une dispute bruyante avec le conducteur et la passagère de l'autre voiture.

À ce moment, l'agent Holmes aurait frappé le chauffeur avec son arme. On ignore si la présumée victime a porté plainte au criminel.

Un policier chargé de la circulation s'est alors présenté sur les lieux pour enquêter sur l'incident.

À en croire l'acte d'accusation, les deux policiers ont commencé à discuter, mais l'agent Holmes l'a alors invectivé en le traitant d'idiot et en l'envoyant promener de façon grossière.

Un policier de côté en uniforme.

La police de Toronto affirme que l'agent Holmes est toujours un employé du service et qu'il n'a pas été suspendu.

Photo : CBC/Evan Mitsui

L'agent Holmes est enfin accusé d'avoir envoyé en mai 2022 des messages électroniques à un collègue dans lesquels il aurait affirmé que le Service de police de Toronto était corrompu.

On lui reproche également d'avoir envoyé un courriel insultant et violent à deux membres de son service.

Le Service de police précise que le sort de l'agent Holmes sera décidé par l'inspectrice Susan Gomes, qui préside le tribunal administratif, au moment de son audience sur la détermination de la sanction que la poursuite compte réclamer.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.