•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet de sauna du quai MacPherson franchit un pas de plus

Deux personnes profitent d'un moment de détente dans un sauna finlandais.

La prochaine étape du projet de sauna flottant au quai MacPherson, à Magog, a été adoptée de justesse lundi en séance de conseil municipal. (archives)

Photo : iStock

Le dossier de sauna flottant au quai MacPherson, à Magog, a franchi une nouvelle étape lundi. La modification du règlement sur les usages de la zone visée été adoptée lors de la séance du conseil municipal. Cependant, il ne fait toujours pas l'unanimité de la part des conseillers, puisque trois d'entre eux se sont positionnés contre le projet.

C’est Jean-Noël Leduc, le conseiller du District 6, qui a demandé de passer au vote quant à ce dossier. Je suis contre ce projet, définitivement , a-t-il affirmé. 

Depuis un an, avec tout ce que j’ai appris en participant au comité consultatif en environnement à la commission de la culture et du patrimoine, et j’ai vu aussi tous les commentaires et les résultats du sondage [aux citoyens]… C’est pour ces raisons que je vote contre , a renchéri la conseillère du District 1, Josée Beaudoin.

La conseillère du District 3, Nathalie Laporte, a quant à elle mentionné que le sauna représentait un beau projet, mais, qu’elle s’opposait à l’emplacement choisi. J’aurais préféré que ça [le quai  MacPherson] demeure plus aux citoyens pour profiter de la belle vue que ça offre.

Les conseillers Samuel Côté, Sébastien Bélair, Jacques Laurendeau et Jean-François Rompré ont quant à eux voté pour la suite du projet. Bertrand Bilodeau n’était pas présent à la séance de lundi. 

Les installations, proposées par l’entreprise Solstice Sauna, doivent comprendre deux saunas, deux vestiaires et une échelle avec une petite piscine intérieure pour permettre de se baigner dans le lac Memphrémagog. 

Une maquette des saunas.

Une maquette du projet.

Photo : Source : Site web de la Ville de Magog

Le conseil municipal, une « microsociété »

La mairesse de Magog, Nathalie Pelletier, ne s’est pas dite surprise par les réactions de ses collègues. Ça fait plusieurs mois, même des années qu’on en entend parler au niveau de la Ville. C’est un projet tellement nouveau, on n’a jamais vu ça en Amérique du Nord. C’est sûr que ça peut provoquer beaucoup de questions au niveau de l’environnement, de l’impact visuel et tout ça. Je ne suis pas surprise, mais on est allés en amont, on a travaillé fort pour faire en sorte que plus de citoyens et citoyennes répondent à notre sondage, participent à la soirée de consultation.

Une consultation publique a en effet déjà eu lieu en octobre pour sonder la population quant au projet. Un sondage a aussi été mené auprès de plus de 950 répondants. Près de 65 % d'entre eux se sont dits favorables au projet, et 54 % se sont dits satisfaits du lieu choisi pour le sauna.

« Je dis toujours qu’un conseil, on est souvent une microsociété. Ce que je vois, c’est que ça [les votes des conseillers] ressemble un peu au sondage, mais que majoritairement, les gens disent oui, on a envie d’essayer ça. »

— Une citation de  Nathalie Pelletier, mairesse de Magog

D’autres citoyens se sont toutefois dits inquiets pour l’environnement et pour la vue sur le lac. 

Des études environnementales ont été menées par une entreprise de consultation, des démarches ont été entreprises auprès du ministère de la Forêt, Faunes et Parcs, et les installations ne nuiront pas à la frayère de truites située à proximité, a précisé Nathalie Pelletier.

Des modifications ont aussi été apportées au plan préliminaire du projet pour séparer la structure en blocs afin de donner une meilleure visibilité aux personnes qui souhaitent observer le lac. 

Une autre consultation, liée à la modification réglementaire de l'usage du secteur, doit avoir lieu le 13 décembre à 19 h 30 à l’hôtel de Ville. 

Un deuxième projet de règlement et un avis de motion pourraient ensuite être présentés à la mi-janvier, puis adoptés au début du mois de février. Le projet serait présenté pour approbation à la MRC au début du mois de mars, et l’installation pourrait commencer dès l'automne 2023.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...