•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La restructuration de Groupe Sélection confiée au contrôleur du syndicat bancaire

L'affiche de la résidence.

Le Coin St-Paul, à Trois-Rivières, est l'une des résidences privées pour aînés de Groupe Sélection.

Photo : Radio-Canada / Daniel Ricard

Radio-Canada

Une semaine après s’être placé sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC), Groupe Sélection a vu la Cour supérieure confier son redressement financier au contrôleur des prêteurs, PricewaterhouseCoopers.

Groupe Sélection doit plus de 260 millions de dollars à huit institutions financières, dont la Banque Nationale et Desjardins.

La vaste restructuration financière envisagée par Groupe Sélection, l'un des principaux constructeurs et gestionnaires de résidences pour personnes âgées du Québec, échappe donc au contrôle du propriétaire qui souhaitait que l’opération soit menée par la firme FTI Consulting.

Groupe Sélection compte porter en appel la décision du juge Michel A. Pinsonnault et réclame un sursis de l'exécution de celle-ci.

Groupe Sélection est en désaccord avec de nombreux éléments de droit retenus dans les conclusions du jugement qui vont à l'encontre d'une restructuration financière efficace dans le contexte de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies, soutient le fondateur, président et chef de la direction de Groupe Sélection, Réal Bouclin, par voie de communiqué.

L’entreprise dit avoir plus de 70 complexes d'habitation en exploitation, en construction et en développement au Canada et aux États-Unis. La valeur de ses actifs dépasserait 5 milliards de dollars, selon elle.

Les services offerts aux aînés qui vivent dans les complexes de Groupe Sélection ne seraient pas touchés par cette opération.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !