•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ceinture de verdure : un promoteur immobilier pourrait remporter un long combat

Des champs à pertes de vue entourés de forêt au début de l'hiver.

Des terres de la réserve agricole de Duffins-Rouge à Pickering appartiennent à des promoteurs immobiliers.

Photo : Radio-Canada / Giuseppe Fiorino

Après presque 20 ans de revers, la famille De Gasperis, propriétaire de l’entreprise Tacc Group, pourrait construire des maisons sur des terres de Pickering, si la réserve agricole de Duffins-Rouge est retirée de la Ceinture de verdure. Le gouvernement Ford propose en effet de la soustraire de la zone protégée.

Après avoir commencé à acheter des terres agricoles bon marché dans le nord de Pickering en 2003, l’entrepreneur a tout tenté pour obtenir les droits d’y aménager des quartiers résidentiels; des demandes de changement de zonage auprès des autorités locales et régionales à des recours judiciaires, en passant par des tentatives d’humilier un ancien premier ministre.

Ces démarches avaient jusqu’à maintenant échoué.

Carte de la ceinture de verdure à Pickering qui présente une aire qui pourrait être retirée de la ceinture et les propriétés de la famille de Gasperis.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La famille De Gasperis est propriétaire de plusieurs terrains de la ceinture de verdure à Pickering.

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

En 2005, le gouvernement libéral de Dalton McGuinty inclut ces terres situées dans ce qui est maintenant connu comme la réserve agricole de Duffins-Rouge, une partie de la ceinture de verdure.

Ces terres agricoles, ces forêts et ces milieux humides qui s’étendent de Niagara Falls à Peterborough représentent 810 000 hectares sur lesquels la construction résidentielle est interdite.

Le plan proposé par le gouvernement de Doug Ford autoriserait le lotissement de milliers d’hectares de la ceinture de verdure, y compris une partie de la réserve agricole Duffins-Rouge, permettant la construction d’habitations.

Difficile de savoir exactement ce que la famille De Gasperis souhaiterait construire sur ces terres une fois que cela sera permis.

Lors de nos appels au bureau de l’entreprise, les membres de la famille De Gasperis et leurs représentants n’étaient pas disponibles pour répondre à nos questions. Une liste de questions écrites envoyée à l’entreprise n’a pas non plus obtenu réponse.

Une proposition qui soulève de nombreuses critiques

Victor Doyle, souvent qualifié d'architecte de la ceinture de verdure pour son travail comme planificateur pour la province, affirme se sentir trompé en tant que planificateur et que citoyen, soulignant que le premier ministre Doug Ford et le ministre des Affaires municipales et du Logement Steve Clark ont tous deux promis par le passé de ne pas altérer la ceinture de verdure.

Une carte du Sud-Ouest de l'Ontario.

En vert, la ceinture de verdure qui encercle la grande région de Toronto.

Photo : Gouvernement de l'Ontario

« Selon mon point de vue, ce sont les intérêts des promoteurs propriétaires de ces terres qui sont la priorité de ce gouvernement. »

— Une citation de  Victor Doyle, ancien planificateur pour le gouvernement ontarien

Le cas particulier de Duffins-Rouge

La réserve agricole représente environ 2000 hectares selon l'Office de protection de la nature de Toronto et de la région.

Ces terres ont fait l’objet d’expropriations, dans les années 1970, puis ont été vendues aux agriculteurs de la région une vingtaine d’années plus tard après l’échec d’un projet d’aéroport régional à Pickering, à la condition qu’elles demeurent des terres agricoles à perpétuité.

Au cours des années, des promoteurs immobiliers, dont Silvio De Gasperis, ont acquis certaines d'entre elles dans l’espoir de pouvoir un jour y construire.

Un groupe d’entrepreneurs, dont il faisait partie, avait entre autres tenté de s’entendre directement avec la Ville de Pickering, pour permettre leur lotissement.

Mais le gouvernement McGuinty avait inclus les terres dans la ceinture de verdure.

À l’époque de sa création, Silvio De Gasperis avait affirmé que la décision avait coûté 240 millions de dollars en revenus anticipés lors d’une entrevue au National Post.

Un bâtiment de ferme et des champs au début de l'hiver.

Des terres agricoles de Pickering pourraient être retirées de la ceinture de verdure et converties en nouveaux quartiers, selon une proposition du gouvernement ontarien.

Photo : CBC / Giuseppe Fiorino

Aussi en 2005, le même gouvernement avait adopté une loi ajoutant des protections supplémentaires contre le lotissement et la construction spécifiquement dans ce secteur.

Silvio de Gasperis avait alors affirmé au Toronto Star : McGuinty m’a déjà fait mal [...] maintenant je vais lui faire mal.

L’entrepreneur avait transmis aux médias une lettre contenant les détails d’un souper de financement, organisé par Dalton McGuinty. Des promoteurs étaient invités à payer 10 000 $ le couvert. L'événement avait eu lieu pendant les discussions sur l’établissement des frontières de la ceinture de verdure.

Finalement, l’entreprise de Silvio De Gasperis a entamé une série de procédures judiciaires contre le gouvernement de l’Ontario, mais les tribunaux n’ont pas penché en sa faveur, et les terres sont demeurées protégées.

La porte s’ouvre

Les changements proposés par le gouvernement de Doug Ford à la ceinture de verdure incluent le retrait d’une vaste section de la réserve agricole Duffins-Rouge.

Le gouvernement de Doug Ford a aussi déposé, la semaine dernière, un projet de loi qui retirerait à la réserve ses protections environnementales.

Une analyse de CBC des documents disponibles sur les propriétés et transactions foncières publiée le mois dernier démontre que 16 propriétés, au sein de la réserve, appartiennent à des entreprises pour lesquelles Sylvio, Carlo ou Michael De Gasperis agissent en tant qu'administrateur.

Victoire éphémère : des militants déçus

Les membres d’une coalition qui avait milité pour l’inclusion de ces terres dans la ceinture de verdure et leur protection sont déçus.

Bonnie Littley avait cofondé la coalition Rouge-Duffins Greenspace.

« Nous avons gagné. À l’époque, nous pensions que le dossier était clos. »

— Une citation de  Bonnie Littley, environnementaliste

La militante affirme être entrée en contact avec ceux qui ont mené le combat à ses côtés au début des années 2000 pour tenter de défendre l’intégrité de l’aire protégée. Mme Littley s’inquiète aussi pour le reste de la ceinture de verdure. Est-ce que [les autres propriétaires de terres protégées] font la file devant la porte de Doug Ford? s’interroge-t-elle.

Dans une déclaration publique, l'Office de protection de la nature de Toronto et de la région avançait craindre que l'étalement urbain qu’elle qualifiait d’urbanisation à grande échelle non planifiée ait un impact négatif sur les bassins hydrographiques.

Le bureau du ministre des Affaires municipales et du Logement de l’Ontario, Steve Clark, a refusé de dire si des promoteurs ont fait du lobbying pour que des parcelles précises de terrain soient retirées de la ceinture de verdure.

Une porte-parole du ministre a affirmé que les 15 emplacements identifiés devaient répondre à des critères clairs qui signifient que des maisons pourront être construites rapidement et que la ceinture de verdure pourrait continuer de croître.

« L'Ontario traverse une crise du logement et le gouvernement considère toutes les avenues possibles pour construire plus de maisons plus rapidement. »

— Une citation de  Victoria Podbielski, porte-parole, bureau du ministre Steve Clark

Soutien local

La porte-parole ajoute que le maire de Pickering appuie le développement de ces terres agricoles.

Kevin Ashe affirme que le conseil municipal demande la possibilité d’y construire des habitations depuis une vingtaine d’années.

Il considère que les ambitions de la province en matière de construction d’habitations dans ce secteur sont réalistes. Avoir des maisons unifamiliales ainsi que d’autres options [...] je crois que c’est quelque chose qui serait bienvenu dans notre communauté, affirme le maire Ashe.

Dons politiques

La famille De Gasperis, aussi propriétaire de terrains dans les régions de Vaughan et de Richmond Hill, a fait des dons considérables au Parti progressiste-conservateur, au Parti libéral et au Nouveau Parti démocratique (NPD) en Ontario.

Selon les registres d’Élections Ontario, Silvio, Michael et Carlo De Gasperis ainsi que leurs entreprises Tacc Developments, Tacc Construction, Arista Homes et Opus Homes ont donné 163 362 $ au Parti progressiste-conservateur depuis 2014, les plus anciennes données disponibles.

Ils ont aussi fait don de 84 413 $ au Parti libéral et de 27 981 $ au NPD.

Ils ont également embauché trois lobbyistes inscrits au registre provincial ayant des liens étroits avec le Parti progressiste-conservateur, selon les données du commissaire à l’intégrité de la province. Aucun registre ne fait mention d’embauche dans le dossier de la ceinture de verdure.

Avec des informations de Ryan Patrick Jones, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !