•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le dépôt du rapport de la commission d’enquête sur le vétéran Lionel Desmond est reporté

La commission Zimmer a entendu 70 témoins et a examiné 58 699 documents.

Lionel Desmond assis, en uniforme et avec son arme.

Lionel Desmond en 2007 en Afghanistan

Photo : La Presse canadienne / Photo fournie par Trev Bungay

La Presse canadienne

Le juge néo-écossais qui préside la commission d'enquête publique sur le suicide d'un ex-soldat qui avait auparavant tué sa famille, en 2017, a indiqué jeudi que son rapport final ne pourra pas être publié d'ici la fin de l'année, comme le souhaitait le gouvernement.

La commission d'enquête, présidée par le juge Warren Zimmer, avait amorcé ses audiences publiques en janvier 2020, mais les travaux avaient presque aussitôt été retardés, de près d'un an, à cause de la pandémie de COVID-19, qui a perturbé la vie courante en mars.

On a appris au cours de l'enquête que Lionel Desmond avait été carabinier en Afghanistan en 2007, puis avait reçu un diagnostic de trouble de stress post-traumatique et de dépression majeure en 2011, et avait finalement obtenu son renvoi pour raisons médicales en 2015.

Photographie de famille du trio devant un immeuble.

Lionel Desmond en compagnie de sa mère, Brenda, et de sa fille, Aaliyah

Photo : Gracieuseté/Cassandra Desmond

Malgré quatre ans de traitements alors qu'il était encore dans l'armée, M. Desmond était toujours désespérément malade après un programme de traitement intensif en cure fermée à Montréal, en 2016, a-t-on appris à l'enquête.

Le 3 janvier 2017, il a acheté légalement un fusil semi-automatique et a abattu plus tard ce jour-là sa conjointe de 31 ans, Shanna, leur fille de 10 ans, Aaliyah, et sa mère de 52 ans, Brenda.

Une femme en civil et un militaire en uniforme posent pour une photo en tenant un petit bébé.

Shanna Borden et Lionel Desmond, avec leur petite fille

Photo : La Presse canadienne/Facebook

Le ministère provincial de la Justice a rappelé récemment que le rapport de la commission était attendu avant la fin de cette année, mais le juge Zimmer, de la Cour provinciale, a clairement indiqué que cela ne serait pas possible. Il a annoncé que son rapport serait publié quelque part l'an prochain.

Je comprends que cela a été un processus long et émouvant pour toutes les personnes impliquées, en particulier pour les familles qui ont perdu des êtres chers, écrit le juge Zimmer dans une déclaration. Mais la quantité d'informations qui doivent être prises en compte, analysées et incorporées dans le rapport final est difficile et substantielle, dans tous ses détails.

La commission Zimmer a entendu 70 témoins pendant 56 jours d'audiences et a examiné 58 699 documents.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...