•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meurtre de Vincent Bélanger-Dompierre : l’accusé affirme qu’il craignait pour sa vie

Un homme de profil assis dans une salle d'audience. Il porte une chemise à carreaux rouge.

L'accusé, Vince Ward, était âgé de 30 ans lors de son arrestation en avril 2018.

Photo : CBC / Jacob Barker

Radio-Canada

L’homme accusé du meurtre d’un Québécois au Labrador en 2018 a déclaré aux policiers qu’il avait abattu Vincent Bélanger-Dompierre d’un projectile d’arme à feu parce qu’il craignait que ce dernier ne s’en prenne à lui.

Vince Ward subit un procès à Happy Valley-Goose Bay, au Labrador, pour le meurtre au deuxième degré de Vincent Bélanger-Dompierre, 28 ans, survenu le 25 avril 2018 à Labrador City.

La vidéo d'un interrogatoire que la Force constabulaire royale de Terre-Neuve a fait subir à Vince Ward, et qui a débuté vers 7 h le matin du 26 avril 2018, a été jouée en cour. Elle montre un suspect particulièrement incohérent.

Interrogatoire confus

Vince Ward raconte d’ailleurs durant cet interrogatoire qu'il avait bu une bière ou deux, consommé de la cocaïne et pris une vingtaine de comprimés de méthamphétamine la nuit précédente.

L'interrogatoire avait même été interrompu pour que Vince Ward fasse une sieste sur le sofa de la pièce où se déroulait l'entretien. À son réveil, Vince Ward a repris sa description des événements, mais son récit était différent.

Lors de l’interrogatoire dont la bande vidéo a été diffusée, on entend notamment Vince Ward dire qu’il craignait pour sa vie. Il affirme que Vincent Bélanger-Dompierre manigançait pour que des motards criminels le tiennent responsable de la disparition d’un kilo de cocaïne qu’ils avaient fourni.

Vincent Bélanger-Dompierre, 28 ans, de Montréal

Vincent Bélanger-Dompierre, 28 ans, de Montréal, a été tué à Labrador City en avril 2018.

Photo : Force constabulaire royale de Terre-Neuve

Selon l’accusé, Vincent Bélanger-Dompierre cherchait à établir un chapitre d’une bande de motards au Labrador.

Selon les versions, le suspect déclare avoir abattu Vincent Bélanger-Dompierre parce que ce dernier a voulu saisir une arme de calibre 22, ou l’a pointée en sa direction. Il dit aussi qu’il savait que cette arme n’était pas chargée.

Plus tôt dans ce procès, qui se déroule devant la Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador, le surintendant Tom Warren, de la Force constabulaire, avait affirmé que Vince Ward était sous l'emprise des drogues lorsque la police le questionnait.

À l’avocat de la défense, Mark Gruchy, le policier a aussi dit que l’interrogatoire avait été interrompu deux fois parce qu’il ne comprenait rien à ce que Vince Ward essayait de dire.

Le procès pour meurtre se déroule devant jury. Il a débuté le 31 octobre et doit durer de trois à quatre semaines.

Au premier jour du procès, la procureure de la Couronne, Ashley Targett, avait dit que l'accusé et la victime regardaient un match de hockey ensemble, au domicile de Vincent Bélanger-Dompierre, lorsque Vince Ward lui a tiré en plein visage, sans avertissement, avec une arme d'épaule.

La Couronne affirme aussi que la victime n'était pas armée.

L’avocat de Vince Ward contredit cette version. Il affirme plutôt que son client a agi en légitime défense, et que la peur a joué un rôle important dans ce qui s’est produit.

Avec les informations de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

En cours de chargement...