•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Intel dévoile un outil de détection des hypertrucages efficace à 96 %

Deux images côte à côte montrant une personne ressemblant étrangement à Tom Cruise et le vrai Tom Cruise.

Un hypertrucage de Tom Cruise réalisé par le spécialiste des effets spéciaux Chris Ume est devenu viral sur les réseaux sociaux.

Photo : Chris Ume

Radio-Canada

Le géant de l’informatique Intel a présenté cette semaine FakeCatcher, un outil hautement efficace pour débusquer rapidement les hypertrucages (deepfake). Son arme secrète : l’analyse du flux sanguin des personnes dans les pixels des vidéos.

Le détecteur d’Intel parvient à reconnaître les images, vidéos et séquences audio manipulées en quelques millisecondes avec une précision de 96 %, une première selon ce qu’on peut lire dans un billet de blogue de l’entreprise.

Qu’est-ce qu’un hypertrucage?

L’hypertrucage, appelé deepfake en anglais, est une image, une vidéo ou un séquence audio altérée dans laquelle on utilise l’intelligence artificielle (IA) pour remplacer, par exemple, le visage d’une personnalité politique par un autre et lui faire dire des choses qu’elle n’a jamais prononcées.

Selon Intel, la majorité des outils du genre examinent les données brutes des images afin de trouver des signes d’inauthenticité. Il est aussi souvent nécessaire de télécharger les vidéos pour analyse, puis d’attendre des heures les résultats, souligne l’entreprise.

Détecter les flux sanguins

FakeCatcher recherche plutôt des indices d’authenticité dans ce qui fait de nous des êtres humains : un flux sanguin subtil dans les pixels d’une vidéo.

Lorsque notre cœur pompe le sang, nos veines changent de couleur. Ces signaux de flux sanguin sont collectés sur l’ensemble du visage, et des algorithmes traduisent ces signaux en cartes spatiotemporelles. Ensuite, grâce à l’apprentissage profond, nous pouvons détecter instantanément si une vidéo est réelle ou fausse, détaille-t-on dans le billet de blogue d’Intel.

Une menace croissante

Les contenus trafiqués constituent une menace croissante, d’après l’entreprise.

La tromperie due aux hypertrucages peut causer du tort et entraîner des conséquences négatives, comme une diminution de la confiance envers les médias, croit Intel.

FakeCatcher, conçu en partenariat avec l’Université d’État de New York à Binghamton, pourrait ainsi être utile pour les médias en leur permettant d’authentifier des contenus qui circulent en ligne. Les réseaux sociaux pourraient aussi y trouver leur compte en débusquant les hypertrucages nuisibles avant qu’ils ne circulent sur ses plateformes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...