•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En Nouvelle-Écosse, des hôpitaux débordés par les cas de VRS chez les enfants

Deux petites filles d'environ 6 ans sont assises à leur pupitre dans une salle de classe. Elles portent des masques N95.

Deux fillettes dans une salle de classe en septembre 2021.

Photo : Reuters / Leonhard Foeger

Radio-Canada

Les dirigeants de santé publique en Nouvelle-Écosse constatent une forte prévalence des virus respiratoires, particulièrement chez les jeunes enfants, depuis la fin d'octobre.

Jeudi, le médecin hygiéniste en chef de la province et le chef des soins pédiatriques du plus grand hôpital de la province ont plaidé pour que les membres du public limitent leurs activités s’ils sont malades et qu'ils fassent vacciner leurs enfants.

Cependant, il n’est pas question pour la province d’obliger le port du masque.

Beaucoup d’enfants à l’hôpital

Le Dr Andrew Lynk, chef des soins pédiatriques à l’hôpital pour enfants IWK d’Halifax, a indiqué lors d’une conférence de presse, jeudi, que l’on constate une hausse des visites à l’urgence pour des problèmes respiratoires qui ne sont pas liés à la COVID-19.

Ces maladies respiratoires n’ont causé aucun décès chez des enfants à l’hôpital IWK cet automne, a dit le Dr Robert Strang, médecin hygiéniste de la Nouvelle-Écosse, lors du même point de presse.

Un homme assis à une longue table durant une conférence de presse. Il y a un grand écran au mur derrière lui  avec le mot « Nova Scotia » qui apparaît, et des drapeaux de la Nouvelle-Écosse.

Le Dr Andrew Lynk, chef des soins pédiatriques à l’hôpital pour enfants IWK, en conférence de presse à Halifax, jeudi.

Photo : Radio-Canada / Kheira Morellon

Normalement, dans une période de 24 heures très occupée, de 120 à 140 enfants sont amenés à l’urgence de cet hôpital, dit le Dr Andrew Lynk. En ce moment, on y voit de 150 à 180 enfants par jour pour des problèmes respiratoires qui ne sont pas liés à la COVID-19.

Le 6 novembre, l’hôpital pour enfants IWK signalait que son urgence avait reçu 200 visites en un seul jour.

Les parents doivent attendre des heures et des heures, et des heures, a déclaré le Dr Lynk.

Quant à l’unité pédiatrique de soins intensifs, elle a fonctionné de 100 % à 160 % de sa capacité dans les deux premières semaines de novembre, selon l’hôpital.

J’étais à l’unité des soins intensifs de l’hôpital IWK aujourd’hui. Il y avait de tout petits bébés, même des enfants de 4 ans, avec le VRS. Nous avons d’autres enfants aux soins intensifs pour la grippe, a déclaré le Dr Lynk.

Nombre de cas de VRS chez les enfants

Dans son plus récent bilan hebdomadaire des maladies respiratoires (Nouvelle fenêtre) à déclaration obligatoire dans la province, la régie de santé de la Nouvelle-Écosse faisait état d’une hausse des cas de virus respiratoire syncytial, ou VRS, qui touche principalement les jeunes enfants.

Dans la semaine du 30 octobre au 5 novembre, la régie a répertorié 51 cas de VRS, comparativement à 35 au total dans les deux semaines précédentes.

Au 5 novembre, cela portait le total à 119 cas de VRS cet automne, dont 94 chez des enfants de 5 ans ou moins, et 102 chez les 15 ans et moins.

Grippe : nombre de cas et d'hospitalisations

L'activité grippale est en hausse également, avec 25 nouveaux cas confirmés de grippe dans la semaine du 30 octobre au 5 novembre, comparativement à 17 au total dans les deux semaines précédentes.

Au total depuis le début de la saison grippale, sur 55 cas confirmés, il y en a eu 24 chez des patients âgés de 19 ans ou moins, et 10 chez des enfants de 4 ans ou moins.

Du début de la saison jusqu'au 5 novembre, 16 personnes ayant la grippe ont été hospitalisées. Une personne qui avait la grippe est morte.

À la publication de ce rapport, quatre personnes atteintes de grippe étaient hospitalisées, dont une aux soins intensifs.

Le vaccin contre la grippe qui circule cette année est recommandé par la santé publique pour les adultes et les enfants âgés de 6 mois ou plus. Le vaccin standard est offert gratuitement dans la majorité des pharmacies, cliniques et cabinets de médecins en Nouvelle-Écosse.

Selon le Dr Andrew Lynk, moins de 5 % des enfants de 5 ans et moins sont vaccinés contre la grippe.

Les masques ne redeviendront pas obligatoires

Jeudi, le Dr Robert Strang, médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse, a déclaré que les gens devraient s’abstenir de visiter des lieux sans raison valable lorsqu’ils ont des symptômes, même légers, d’un virus respiratoire.

Deux hommes assis à une longue table, à environ trois mètres de distance l'un de l'autre. Andrew Lynk porte un masque sur le visage, Robert Strang n'en a pas. Un grand écran sur lequel s'affichent les mots « Nova Scotia » est posé sur le mur derrière eux.

Le Dr Robert Strang, médecin hygiéniste en chef, et le Dr Andrew Lynk, chef des soins pédiatriques à l’hôpital IWK, en conférence de presse à Halifax, jeudi.

Photo : Radio-Canada / Kheira Morellon

Bien qu'il ait recommandé de porter un masque en cas de symptômes, il a déclaré que la province n’obligerait pas le port du masque dans les lieux publics intérieurs, comme cela a été le cas pendant une bonne partie de la pandémie de COVID-19.

Le médecin hygiéniste en chef a ajouté que les gens qui ont des symptômes, aussi mineurs soient-ils, ne devraient pas visiter les résidences où se trouvent de jeunes enfants ou des personnes âgées, pour éviter de propager les maladies.

Il a aussi recommandé aux travailleurs de prendre congé s’ils sont malades. Il a plaidé pour que les employeurs cessent d’exiger des notes du médecin chaque fois qu’un employé est malade, car cela exerce une pression inutile sur le système de santé. Les médecins de plusieurs provinces réclament depuis des années la fin de cette pratique, car elle prend selon eux du temps qui serait mieux utilisé à soigner des patients.

Selon le Dr Strang, la saison de la grippe et des virus respiratoires commence cette année plus tôt que la normale, et on doit s’attendre à ce qu’elle dure deux ou trois mois.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

En cours de chargement...