•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attention aux faux iPhone vendus sur Internet

Vous souhaitez vous procurer le dernier iPhone à prix réduit? Les sites de petites annonces proposent des téléphones « neufs », encore « scellés » dans leurs emballages d’origine, à plusieurs centaines de dollars de rabais. Aussi attirant qu’ils puissent paraître, vous faites probablement face à une arnaque.

Un faux iPhone 13 Pro Max.

Des fraudeurs vendent de faux iPhone qui ressemblent à s’y méprendre à des vrais.

Photo : Radio-Canada

Claire Lavoie, de Gatineau, adore les produits Apple : la tablette, la montre et, bien sûr, le téléphone. « J'ai un iPhone X, que j'ai acheté lorsqu’ils sont sortis en magasin. Je voulais le changer parce que j'avais des problèmes avec le son », explique cette infirmière à la retraite.

Claire Lavoie navigue dans les options d’un faux iPhone.

Mme Lavoie utilise son nouveau téléphone, qui s’avère être un iPhone contrefait.

Photo : Radio-Canada

Plutôt que d’aller en boutique, Mme Lavoie navigue sur Marketplace, le site de petites annonces de Facebook. Elle y trouve un Apple 13 Pro Max, le meilleur modèle à l’époque.

Le vendeur, un certain Jordy, demande 1100 $. En magasin, le même téléphone coûte 1549 $, plus les taxes. Mme Lavoie pourrait épargner 700 $.

« Je lui demande pourquoi il le vend. Il me répond que c'est son cousin qui le lui a donné et qu’il n’en a pas besoin. L'histoire a l'air plus plausible. »

— Une citation de  Claire Lavoie

Mme Lavoie saute sur l’offre et donne rendez-vous au vendeur. Il embarque dans ma voiture, me montre un sac Apple, puis il me demande si j'ai l'argent. La boîte du iPhone est scellée. Tout a l'air correct, nous raconte-t-elle, en se remémorant la scène.

Le verso d’une boîte de faux iPhone.

Photo prise par Mme Lavoie au moment de l’achat du faux iPhone

Photo : Radio-Canada

Finalement, ils s’entendent pour conclure la transaction à 1000 $. Satisfaite, Mme Lavoie se rend chez Vidéotron pour activer son téléphone.

Après trois ou quatre minutes, le jeune homme me dit qu'il est identique à un iPhone, mais que ce n’est pas un Apple. C'est un téléphone frauduleux.

Mme Lavoie est tombée dans le piège. Son nouvel iPhone ressemble à un vrai, mais il n’a rien d’un iPhone et il ne vaut certainement pas 1000 $.

Un maquillage presque parfait

Pour savoir ce que Mme Lavoie a réellement acheté, nous avons rencontré Tarek Safah, propriétaire de la boutique FixiPro, à Laval. Il se spécialise en réparation de biens électroniques de toutes sortes.

Portrait de Tarek Safah, qui ouvre le boîtier d’un téléphone.

Tarek Safah, propriétaire de la boutique FixiPro, ouvre le boîtier d’un faux iPhone.

Photo : Radio-Canada

Il repère tout de suite des différences qui pourraient facilement passer sous le radar de personnes moins expérimentées. Par exemple :

  • la caméra avant est bien moins discrète sur le faux;
  • la bordure autour de l’écran est trop épaisse;
  • le flash est de la mauvaise couleur;
  • le panneau arrière n’est pas parfaitement ajusté.
Un faux et un vrai iPhone côte à côte.

À gauche, la caméra du faux iPhone est bien visible. À droite, celle du vrai est beaucoup plus discrète.

Photo : Radio-Canada

Difficile de remarquer ces différences sans comparer les téléphones côte à côte. À l’utilisation, par contre, les signes sont plus évidents.

En termes de fluidité et de la façon dont l’écran répond, c’est sûr que ce n’est pas un vrai, constate Tarek Safah.

Les icônes de messagerie et le clavier sont ceux utilisés par les téléphones Android. La boutique d’applications Apple ne fonctionne pas. On note aussi des problèmes fréquents de traduction.

Puis, des options n’existent tout simplement pas, comme le mode True Tone, qui permet de calibrer les couleurs de l’écran automatiquement.

Le faux iPhone mis à nu

Nous avons demandé à Tarek Safah d’ouvrir le boîtier du faux téléphone. Il nous explique qu’un iPhone, ça s'ouvre par en avant. On enlève l'écran et on accède aux composants. Dans ce cas-ci, on a dû enlever l’arrière.

Un faux iPhone avec ses composantes exposées.

Deux des trois caméras arrière du faux iPhone sont fausses.

Photo : Radio-Canada

Sans surprise, on ne trouve aucune pièce d’Apple. De plus, la carte mère et les accessoires, comme le moteur de vibration ou les haut-parleurs, n’ont rien à voir avec ceux d’Apple.

En dévissant les caméras, la supercherie atteint un nouveau sommet. Sur trois caméras arrière, une seule est fonctionnelle. Les deux autres sont fausses. À la question est-ce bien manufacturé? Tarek Sarah répond sans hésiter non, vraiment pas.

« Ils ont mis beaucoup d'efforts sur l'apparence et le logiciel. Mais à l'intérieur, on peut voir très rapidement que ce n'est pas un vrai iPhone. »

— Une citation de  Tarek Safah, propriétaire, FixiPro

Au moment de la transaction, Mme Lavoie n’a rien vu de suspect. Tout est pensé pour que le premier coup d'œil soit convaincant, jusqu’à la pomme d’Apple qui apparaît au moment de mettre l’appareil en marche.

Une arnaque payante

Mince consolation, Mme Lavoie n’est pas la seule à s’être fait avoir. À Montréal seulement, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) compte 175 plaintes par année en lien avec les faux iPhone.

Le phénomène préoccupe le commandant Steve Belzil, de la Section des crimes économiques du SPVM. Il nous explique que les premiers dossiers rapportés de faux iPhone remontent à 2017.

« Les produits sont importés de Chine. Quand ils arrivent au Canada, ils sont dans des emballages Apple. Ils peuvent aussi être dissimulés dans des boîtes d'écrans d'ordinateur. »

— Une citation de  Steve Belzil, commandant, SPVM

Les importateurs achètent les téléphones pour 100 $, 50 $, voire moins, en fonction de la quantité commandée. Ils sont ensuite revendus à plus de 1000 $ sur des sites comme Kijiji ou Marketplace. Les profits sont considérables et facilement reproductibles.

Portrait du commandant Steve Belzil.

Le commandant Steve Belzil dirige la Section des crimes économiques du SPVM.

Photo : Radio-Canada

Dans nos enquêtes, nous avons remarqué que les fraudeurs sont en majorité des jeunes. Ça peut partir de 14 ans jusqu’à la jeune vingtaine. Ils optent pour la facilité. Il y a toujours des gens qui vont prendre leur place pour vendre ces produits-là, constate le commandant Belzil.

Des fraudeurs convaincants

Nous voulons savoir comment les vendeurs de faux iPhone s’y prennent pour convaincre les acheteurs. En naviguant sur Marketplace, nous trouvons rapidement le même modèle d’iPhone que celui de Mme Lavoie. Un iPhone 13 Pro Max, flambant neuf, affiché à 1350 $. Nous suspectons qu'il soit faux.

Annonce d’un faux iPhone sur Marketplace.

L’annonce du faux iPhone indique que la boîte n’a jamais été ouverte, un argument pour convaincre les futurs acheteurs de son authenticité.

Photo : Facebook Marketplace

Le commandant Steve Belzil recommande quelques vérifications avant d’acheter.

[Le vendeur] va utiliser un faux profil pour camoufler sa vraie identité. Vérifiez depuis quand le compte Facebook existe. Souvent, ce sont des comptes relativement récents, pas beaucoup d'activité, pas beaucoup d'amis.

Dans notre cas, la vendeuse a créé son compte en 2022. Ça augure mal.

En discutant avec elle sur Facebook Messenger, elle nous explique que son père lui a donné l'iPhone en cadeau et qu’elle n’en a pas besoin. Cet argument est régulièrement utilisé par les fraudeurs, selon le commandant Belzil.

Nous savons aussi que la boîte du téléphone est fausse. La couleur noire ou black n’existe pas pour les iPhone 13 Pro Max. On devrait plutôt lire graphite.

Le verso d’une boîte de faux iPhone.

La couleur indiquée sur la boîte, « black », n’existe pas pour les iPhone 13 Pro Max. On devrait plutôt lire « graphite ».

Photo : Facebook Marketplace

Nous donnons rendez-vous à la vendeuse et captons la scène à l’aide d'une caméra cachée. Sur place, elle nous envoie une facture pour prouver l’authenticité de l’achat au magasin Apple. La facture contient plusieurs erreurs et est manifestement fausse.

Journaliste : Ce n’est pas une facture Apple. C'est une fausse facture. Est-ce que vous savez que vous avez un faux téléphone entre vos mains?

Vendeuse : Je ne pense pas que c'est un faux, Monsieur. C’est mon père qui me l’a acheté. Je ne comprends pas pourquoi mon père m’achèterait un faux.

Une fausse facture d’un magasin Apple.

La facture remise par la vendeuse comporte plusieurs erreurs, dont la manière d’inscrire les taxes, sans compter les fautes de frappe.

Photo : Vendeuse du faux iPhone

Attention aux risques de vol

Le commandant Steve Belzil nous met en garde. La transaction devrait se faire dans un lieu public, sans argent comptant, tout en étant accompagné.

Il est arrivé qu’un acheteur réalise qu’il s’agit d’un faux iPhone et qu’il se désiste, puis que les fraudeurs s'en prennent à lui pour prendre son argent. Lorsqu’un acheteur confronte un fraudeur, ça peut virer en vol qualifié.

Après coup, Mme Lavoie est tout de même soulagée que les événements se soient déroulés sans violence. Je suis toujours un peu prudente, mais là, j'ai été imprudente. Est-ce qu’il sort un couteau, une arme? Il était assis dans ma voiture. Ça aurait pu mal virer.

Quelques conseils

  • Ne vous fiez pas au numéro de série ou à l’IMEI (numéro d’identification) de l’appareil, même s’ils sont valides. Les fraudeurs peuvent utiliser ceux d’autres appareils du même modèle;
  • Demandez des photos et preuves d’achat au vendeur et scrutez-les pour déceler des erreurs ou incohérences;
  • Proposez au vendeur de le rencontrer chez votre fournisseur de téléphonie. Les fraudeurs risquent d'abandonner;
  • N’apportez pas d’argent comptant.
Une personne non identifiée navigue sur un site d’achat en ligne.

En plus de faux iPhone, d’autres produits Apple contrefaits sont aussi sur le marché, comme des AirPods ou Apple Watch.

Photo : Radio-Canada

Tarek Safah, de FixiPro, le commandant Steve Belzil et les autres services de police contactés sont unanimes : si l'offre est trop belle pour être vraie, il faut s'en méfier.

Mme Lavoie l’aura appris à ses dépens. C'est 1000 $ perdus. J'aurais mieux aimé les donner à un organisme de charité qu’à un type comme ça.

Le reportage de Jean-Luc Bouchard est diffusé à l’émission La facture le mardi à 19 h 30 et le samedi à 12 h 30 à ICI Télé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !