•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au tour du géant Amazon d’entamer une vague de licenciements

L'enseigne du bureau d'Amazon à Vancouver

Les mises à pied touchent des scientifiques, des développeurs et des ingénieurs.

Photo : Radio-Canada / Philippe Moulier

Associated Press

Amazon a amorcé des licenciements. Elle devient ainsi la dernière entreprise technologique à réduire son personnel au milieu de craintes liées aux soubresauts de l'économie.

Mardi, l'entreprise a informé les autorités régionales de Californie qu'elle licencierait environ 260 travailleurs dans diverses installations qui emploient des scientifiques des données, des ingénieurs de logiciels et d'autres travailleurs. Ces suppressions d'emplois seront en vigueur à compter du 17 janvier.

Amazon n'a pas précisé combien d'autres mises à pied sont envisagées, outre que celles confirmées par la Worker Adjustment and Retraining Notification Act de la Californie, aussi connue sous le nom de WARN, qui exige que les entreprises fournissent un préavis de 60 jours si elles ont 75 employés ou plus.

Amazon emploie plus de 1,5 million de travailleurs dans le monde et principalement payés à l'heure.

Le géant de la vente au détail en ligne, comme d'autres grands noms de la technologie et des médias sociaux, a réalisé des profits considérables pendant la pandémie de COVID-19, puisque les consommateurs achetaient plus d'articles en ligne.

La croissance des revenus a cependant été ralentie par l'atténuation de la pandémie et du retour aux anciennes habitudes des consommateurs qui ont moins compté sur le commerce en ligne.

La société basée à Seattle a enregistré deux pertes consécutives cette année, principalement en raison de dépréciations de la valeur de son investissement en actions dans Rivian Automotive. La société a renoué avec la rentabilité au troisième trimestre, mais les investisseurs se sont montrés pessimistes au sujet de ses revenus plus faibles que prévu et de ses prévisions peu reluisantes pour le trimestre en cours, qui est généralement bon pour les détaillants en raison de la période des Fêtes.

Plusieurs projets interrompus

Dans le but de réduire ses coûts, Amazon a déjà interrompu certains de ses projets, notamment la filiale fabric.com, Amazon Care et le robot de livraison à domicile Scout. Le géant américain a également retardé ou annulé ses plans pour occuper de nouveaux entrepôts partout aux États-Unis.

Le directeur financier d'Amazon, Brian Olsavsky, a déclaré que la société se préparait à une période de croissance plus lente et qu'elle ferait attention à l'embauche dans un proche avenir.

Les licenciements massifs sont rares à Amazon, mais l'entreprise a connu des séries de suppressions d'emplois en 2018 et en 2001 lors de l'effondrement du commerce électronique. Du côté des entrepôts, le géant du cybercommerce réduit habituellement son effectif par attrition.

Dans une déclaration publiée sur le site web de l'entreprise, Dave Limp, vice-président principal des appareils et services, a déclaré qu'Amazon était en train de consolider certaines équipes et certains programmes.

Il affirme que les personnes mises à pied dans le cadre du processus ont été avisées mardi et que l'entreprise collaborera avec elles pour leur fournir du soutien.

Le géant de la vente au détail suit d'autres géants de la technologie qui ont supprimé des emplois au cours des dernières semaines. Parmi eux, le parent de Facebook Meta a dit la semaine dernière qu'il mettrait à pied 11 000 personnes, soit environ 13 % de ses effectifs. Elon Musk, le nouveau PDG de Twitter, a réduit son effectif de moitié ce mois-ci.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !