•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’inflation fait du surplace à 6,9 % en octobre au pays

Le ralentissement dans l'accroissement du prix des aliments a été contrebalancé par l'accélération de la hausse du prix de l'essence et du coût des intérêts hypothécaires.

Une pompe à essence dans une auto.

La croissance du prix de l'essence joue un rôle important dans l'emballement de l'indice des prix à la consommation.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Radio-Canada

L’indice des prix à la consommation (IPC) d'une année à l'autre est resté inchangé à 6,9 % en octobre au pays, selon Statistique Canada.

Dans sa plus récente publication, l'agence fédérale note qu'un ralentissement observé en octobre de la croissance du prix des aliments a cependant été contrebalancé par une hausse du prix de l'essence et du coût des intérêts hypothécaires.

Sur une base mensuelle, l'IPC s'est accru de 0,7 % en octobre, après avoir progressé de 0,1 % en septembre. La hausse est principalement attribuable à la majoration des prix de l'essence. Il s'agit de la hausse mensuelle la plus marquée depuis juin 2022, écrit Statistique Canada dans sa publication Le Quotidien.

D'un mois à l'autre, le prix de l'essence a bondi de 9,2 % en octobre au Canada par rapport à septembre. Par rapport à octobre 2021, le prix du litre d'essence se payait 17,8 % plus cher en octobre 2022.

Le panier d'épicerie

L'augmentation du prix des denrées alimentaires a légèrement ralenti par rapport aux données de septembre.

D'une année à l'autre, la majoration du prix des aliments en octobre (+ 10,1 %) a été inférieure à celle de septembre (+ 10,3 %). La hausse des prix de la viande (+ 5,5 %), des fruits frais (+ 8,9 %) et des légumes frais (+ 11,0 %) a été moins marquée en octobre qu'en septembre, ce qui a contribué à la décélération des prix des aliments.

Malgré cela, la hausse du prix des aliments achetés en magasins est demeurée supérieure à celle de l'ensemble de l'IPC pour un 11e mois d'affilée.

Sans les aliments et l'énergie, les prix ont progressé de 5,3 % d'une année à l'autre en octobre, après avoir augmenté de 5,4 % en septembre, note Statistique Canada.

Hausse des taux hypothécaires

En outre, les Canadiens ont renouvelé leurs prêts hypothécaires ou en ont obtenu à des taux d'intérêt plus élevés en octobre.

Le mois dernier, le coût de l'intérêt hypothécaire a augmenté de 11,4 % d'une année à l'autre. Il s'agit de la hausse la plus prononcée depuis février 1991 (+11,7 %).

Il faut dire que la Banque du Canada a haussé son taux directeur à six reprises consécutives depuis le début de 2022, ce qui se traduit par un impact direct sur le coût des hypothèques et aussi des loyers, par ricochet. Les augmentations hypothécaires des propriétaires étant en général refilées aux locataires lors des renouvellements de baux.

Le taux directeur de la Banque du Canada s'établissait à 3,75 % en octobre alors qu'il n'était que de 0,25 % à la même période l'an dernier.

Se loger représente la plus grande part des dépenses moyennes de la plupart des Canadiens, et ce, qu'ils soient locataires ou propriétaires. L'indice des prix à la consommation tient compte de l'importance de cette dépense, puisque le logement représente environ 30 % de la pondération du panier de l'IPC de 2021, souligne au passage Statistique Canada.

La croissance du salaire horaire moyen s'établissait quant à elle à 5,6 % en octobre au pays, ce qui est inférieur à l'augmentation mesurée de l'IPC.

Les autorités financières canadiennes, tout comme leurs voisines américaines et européennes, peinent à freiner la puissante flambée inflationniste qui s'est manifestée au début de l'année 2022, propulsée par la guerre en Ukraine et les pénuries diverses qui déstabilisent les chaînes d'approvisionnement depuis le début de la pandémie de COVID-19.

Au Canada, l’inflation a atteint un sommet de 8,1 % en juin avant de reculer à 7,6 % en juillet et à 7 % en août sous l'effet des hausses à répétition du taux directeur de la Banque du Canada.

La situation n'est guère plus enviable aux États-Unis, où l'inflation est passée de 8,2 % à 7,7 % en octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !