•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nova Scotia Power paiera l’amende si elle n’écoute pas ses clients industriels

Un pylône appartenant à Nova Scotia Power et en arrière-plan les trois cheminées de la centrale de Tufts Cove.

Un pylône à Dartmouth et en arrière-plan les trois cheminées de la centrale de Tufts Cove.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

La Presse canadienne

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse soutient que de nouvelles réglementations, entrées en vigueur mardi, permettront désormais de condamner l'entreprise privée d'électricité de la province à une amende si elle ne répond pas dans un délai « raisonnable » aux plaintes de ses gros clients industriels.

Le ministre des Ressources naturelles et des Énergies renouvelables, Tory Rushton, a indiqué mardi dans un communiqué que les gros clients industriels de Nova Scotia Power avaient perdu des millions de dollars au fil des ans en raison de pannes.

En vertu du nouveau règlement sur les normes de performance, qui entre en vigueur immédiatement, les plaintes des clients industriels adressées à Nova Scotia Power, filiale du groupe Emera, doivent être traitées dans les 18 mois, sans quoi le service public sera condamné à une amende de 25 000 $ par mois si la plainte n'est pas résolue.

Le gouvernement de la province affirme que Nova Scotia Power peut répondre aux plaintes en investissant dans d'énormes batteries ou d'autres équipements pour améliorer la résilience du réseau, ou peut déplacer certains de ses clients sur des lignes à haute tension.

La cimenterie Lafarge à Brookfield, en Nouvelle-Écosse.

La cimenterie de Lafarge Canada à Brookfield effectue des tests de combustion de pneus comme solution de rechange au charbon (archives).

Photo : CBC/Robert Short

Les clients industriels sont des entreprises qui gèrent l'électricité directement à partir des lignes de transmission, notamment les cimenteries Lafarge, la papeterie Port Hawkesbury, Michelin, les Aliments Highliner et Compass Minerals.

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a déclaré qu'il n'y avait auparavant rien pour obliger le service public à agir sur les plaintes de panne industrielle dans un délai raisonnable. Or, le gouvernement estime que ces pannes de courant sont généralement évitables et que même de brèves interruptions peuvent arrêter les machines industrielles pendant de longues périodes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...