•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un regroupement portuaire français inspire le Port de Québec

Le port du Havre, en France.

Le port du Havre, en France

Photo : Radio-Canada / Louise Boisvert

Le PDG du Port de Québec est inspiré par la fusion de trois administrations portuaires en France, soit les ports du Havre, de Paris et de Rouen. Des ports du Saint-Laurent auraient à gagner à s'inspirer d'une telle démarche pour moderniser leurs infrastructures, croit Mario Girard.

M. Girard a accompagné le maire de Québec mardi matin lors d'une visite du plus grand port français, situé au Havre, au nord de Paris. Près de trois millions de conteneurs transitent chaque année dans ce port de 30 kilomètres de longueur par 4 kilomètres de largeur.

Il s'agit également d'une administration portuaire axée sur l'innovation face au changement climatique, avec notamment des projets d'électrification des porte-conteneurs et des quais pour les bateaux de croisière.

Mais c'est particulièrement l'entité Haropa Port, complétée en 2021, qui a capté l'attention de Mario Girard. Ce regroupement, né d'une fusion des ports de Rouen, de Paris et du Havre, a notamment comme objectif d'améliorer la compétitivité des ports français sur le marché mondial. Cette fusion permet, selon Haropa Port, d'être le cinquième port le plus important en Europe du Nord.

Une telle collaboration est réaliste au Québec, selon le PDG. Elle permettrait d'accentuer le virage vert de ports québécois comme ceux de Québec, de Montréal et de Trois-Rivières.

Une entente pour la création d'un groupe de travail en vue d'une éventuelle collaboration a d'ailleurs été signée entre les trois ports québécois en juin.

Or, une future collaboration est limitée par la réglementation, prévient M. Girard.

D'ici la fin de l'année, le ministre des Transports Alghabra devrait annoncer la modernisation de la Voie maritime qui, on l'espère, va donner des moyens additionnels aux autorités portuaires afin de davantage collaborer pour notamment [...] la décarbonisation du corridor Saint-Laurent, indique Mario Girard. [Une] chose qu'on pourrait faire beaucoup plus facilement avec une loi moins contraignante. Curieusement, la loi nous empêche de faire des choses comme ça.

Mario Girard et Bruno Marchand.

Mario Girard et Bruno Marchand

Photo : Radio-Canada

Les ports de Québec, de Montréal et de Trois-Rivières accueillent plus de 3000 navires et manutentionnent 72,4 millions de tonnes de marchandises chaque année.

Modernisation

Avec l'avortement du projet d'agrandissement Laurentia, le Port de Québec doit continuer sa modernisation, a rappelé le maire Bruno Marchand.

Bien qu'aucun projet concret ne soit sur le point d'être annoncé, la visite du port du Havre permet de poursuivre la réflexion sur les prochaines étapes, croit le maire.

On n’est pas du tout en train de dire : "On a un projet concret à présenter bientôt." Je suis en train de réfléchir à cette idée. Comment, comme communauté, on veut faire en sorte d'avoir un apport moins grand en ce qui concerne les transports, notamment le transport de marchandises? Le port est une solution. C'est quoi, le projet? On verra, a-t-il indiqué mardi.

Il faut que les gens soient d'accord, il faut que la communauté réalise que, sans le port, on augmente nos émissions de GES, notamment par du transport différent, conclut le maire, qui doit s'envoler mercredi pour Tunis, en Tunisie.

Avec les informations de Louise Boisvert

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Québec

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Québec.